Fortement critiquée après son boycott des conférences de presse à Roland-Garros, Naomi Osaka a décidé de quitter le tournoi. Elle avait déjà été menacée d'expulsion. Il s'agit d'une bombe dans le milieu du tennis. D'autant plus qu'elle pouvait légitimement prétendre à la victoire finale. La numéro deux mondiale a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux.

"Salut tout le monde. ce n'est pas une situation à laquelle je m'attendais ou que j'espérais il y a quelques jours. Je pense que la meilleure chose à faire pour le tournoi, les autres joueurs et mon bien-être est de me retirer pour que de cette manière, tout le monde puisse se concentrer à nouveau sur le tennis ici à Paris", a posté la Japonaise sur les réseaux sociaux, "la vérité est que j'ai souffert de dépression après l'US Open en 2018 et que j'ai eu beaucoup de mal à m'en sortir. Tout le monde qui me connait sait que je suis introvertie, tout le monde aura remarqué que je porte un casque sur les tournois, ce qui m'aide à combattre mon anxiété sociale. Bien que la presse ait toujours été gentille avec moi (et je m'excuse envers tous les journalistes cools que j'ai pu blesser), je ne suis pas quelqu'un qui apprécie parler en public et j'ai de grosses vagues d'anxiété avant de devoir parler aux médias du monde entier."

"Ici à Paris, je me suis déjà sentie vulnérable et anxieuse donc je me suis dit que ce serait mieux de ne pas me présenter aux conférences de presse. J'ai écrit de manière privée au tournoi m'excusant et disant que je serais plus que ravie de parler avec eux après le tournoi comme les Grands Chelems sont très intenses", a-t-elle continué, "Je vais prendre un peu de temps en dehors des cours désormais, mais quand je reviendrai, je veux vraiment discuter de la manière dont on pourrait améliorer les choses pour les joueurs, la presse et les fans."