Serena Williams sauve une balle de set puis s'impose sans trembler face à Begu

Serena Williams a réussi son entrée en matière à Roland-Garros. L'Américaine, 8e joueuse mondiale et tête de série N.7, a battu lundi au premier tour la Roumaine Irina-Camelia Begu (WTA 74) 7-6 (8/6), 6-2. La rencontre a duré 1 heure et 42 minutes. Williams a dû s'employer dans le premier set. Alors qu'elle menait 5-3, elle perdait deux services de rang et se retrouvait derrière au marquoir (5-6). Grâce à un contrebeak, elle revenait à 6-6. Au jeu décisif, menée 4/6, elle sauvait deux balles de set avant d'arracher le premier set (8/6).

Le deuxième set s'avérait plus facile pour l'Américaine, qui faisait le break d'emblée. Un nouveau break lui permettait de s'envoler à 5-2. Elle gagnait la rencontre sur sa première balle de match.

"Ce n'était pas facile dans le 1er set", a reconnu Williams. "J'ai eu des opportunités elle a bien joué, c'est une très bonne joueuse. Je suis contente d'avoir gagné et j'espère encore m'améliorer."

Williams rencontrera une autre Roumaine au deuxième tour, Mihaela Buzarnescu (WTA 174), victorieuse 7-5, 7-5 de la Néerlandaise Arantxa Rus (WTA 83).

L'Américaine de 39 ans a remporté Roland-Garros à trois reprises, en 2002, 2013 et 2015.

Tsonga, combatif mais encore trop juste, ne passe pas le premier tour

Pour son retour en Grand Chelem après plus d'un an de blessure au dos, Jo-Wilfried Tsonga se sera battu près de 3 heures avant d'être éliminé mardi dès son entrée en lice à Roland-Garros par le Japonais Yoshihito Nishioka (57e), 6-4, 6-2, 3-6, 7-6 (7/5).

Grimaçant sur plusieurs points et hurlant parfois sa "frustration !" dans un court Suzanne Lenglen déserté en milieu de match pour cause de couvre-feu, Tsonga aura lutté pour revenir à deux manches à une, avant de lâcher prise dans le tie-break de la quatrième manche, dans lequel il aura pourtant mené 4-1.

Le Manceau de 36 ans, retombé à la 77e place mondiale, n'aura donc gagné qu'un match cette année sur les sept qu'il a disputés depuis son retour sur les courts en février à Montpellier.

Mais il tient malgré tout à rester positif. "Aujourd'hui, je suis malgré tout plutôt satisfait. C'est peut-être la première fois depuis longtemps que j'arrive à développer un jeu qui ressemble à ce que je suis capable de faire".

"Après ça reste une défaite à Roland-Garros, et c'est toujours un crève-coeur de sortir dès le premier tour. Donc oui je suis un peu déçu (...) mais cette prestation, c'est quand même bien pour la suite. Je vais continuer à bosser et j'espère qu'à un moment donné, les choses vont un peu plus me sourire, surtout au niveau du physique".

Interrogé sur une éventuelle retraite, Tsonga laissera l'avenir décider pour lui. "Moi je ne peux rien assurer. On ne sait jamais ce qui peut se passer d'ici là (le prochain Roland-Garros, ndlr). Ce qui est sûr c'est que si je ne gagne pas beaucoup de matches, je vais être assez loin au classement et je ne rentrerai plus dans ce genre de tournoi. A un moment donné, il y a l'envie et puis il y a la réalité des choses. Si ça arrive, il sera temps de prendre des décisions: soit de forcer encore un peu, soit de tranquillement passer le fanion".

Pour décrocher sa place au troisième tour, Nishioka sera opposé au jeune Italien Lorenzo Musetti (76e), tombeur du Belge David Goffin (13e) en début de soirée.

Roger Federer réussit son entrée en matière

Roger Federer a réussi son entrée en matière à Roland-Garros, lundi. Le Suisse, 8e joueur mondial et tête de série N.8, a battu l'Ouzbek Denis Istomin (ATP 204) 6-2, 6-4, 6-3 en 1 heure et 33 minutes. Federer, qui n'a pas concédé la moindre balle de break à son adversaire, s'est rassuré après son élimination d'entrée à Genève le 18 mai pour son premier match sur terre battue de la saison.

"Quel plaisir d'être de retour", a lancé Federer, qui, blessé, n'avait pas joué pendant un an, manquant l'édition 2020 du Grand Chelem parisien. "Cela a pris de temps, il y a eu beaucoup de réhabilitation, beaucoup d'entraînements. Cela suffit maintenant, place aux matchs! Cela fait plaisir de vous revoir!"

Federer a battu Istomin pour la huitième fois en autant d'affrontements. "J'aime bien affronter quelqu'un que je connais au premier tour. Denis sait tout bien faire, mais j'étais plus performant, j'avais plus d'options que lui. Il fallait bien servir, garder de la flexibilité dans le jeu et un peu d'enchaînement au filet, ça fait plaisir."

Federer affrontera au deuxième tour soit le Croate Marin Cilic (ATP 47) soit le Français Arthur Rinderknech (ATP 118), bénéficiaire d'une invitation.

Paire prend un set à Ruud mais s'incline

Avec le soutien inconditionnel et bruyant du public, Benoît Paire (40e mondial) a pris un set au Norvégien Casper Ruud (16e), lundi au premier tour de Roland-Garros, avant d'avoir une baisse de régime et de s'incliner 5-7, 6-2, 6-1, 7-6 (7/4).

"Me retrouver sur ce court avec une ambiance pareille dès les premiers points, ça m'a fait chaud au coeur, a-t-il reconnu. Et ça m'a surmotivé. j'attendais ce moment, j'attendais le retour du public, j'attendais de pouvoir partager ces moments-là et j'ai ressenti beaucoup d'émotion en entrant sur le terrain. Donc forcément, c'est quelque chose qui va me marquer".

"En terme de résultat ce n'est pas ce que j'attendais, mais en terme de bien mental, c'est ce que je recherchais. Je suis hyper rassuré, hyper fier de jouer ce tournoi devant un public qui m'a soutenu comme ça. C'était extraordinaire", a ajouté le joueur de 32 ans.

Il énerve les instances, il agace le monde du tennis, mais le public français l'aime: "On t'aime Benoît !", "Allez Benoît!", "C'est dans la tête !", "On est chez nous !", "Tu es monstrueux !", "C'est qui le patron ?", "Ben t'es une légende !"... Le nombreux public -- pour une configuration pandémie -- éparpillé autour du court Simonne-Mathieu dans la partie basse des tribunes n'a cessé de donner de la voie pour tantôt accompagner, tantôt pousser, tantôt relever son champion.

Sur le court, Paire a réussi quelques coups fumants, comme ce revers long de ligne qui laisse Ruud à plusieurs mètres et qui donne à Paire une balle pour égaliser à 4-4 alors qu'il risquait d'avoir une balle de break (3-5) contre lui, avec Ruud servant pour la première manche.

Il a aussi raté des coups. Et poussé quelques coups de gueule, insignifiants par rapport à ses standards. "Benoît frappe la balle ! C'est pas en jouant comme ça...", s'est-il par exemple invectivé.

Dans la première manche, où il a affiché un très bon niveau de jeu et d'intensité, Paire semblait comme pris dans un cercle vertueux, voire miraculeux après ce qu'il avait démontré ces derniers mois: mieux il jouait et plus le public l'encourageait, et mieux il jouait...

Mais après avoir empoché ce premier set, il a soudain baissé de régime.

Malgré le soutien parfois aveugle du public -- "elle touche un tout petit peu", lance un spectateur à l'arbitre venue vérifier la marque d'une balle de Paire pourtant bien dehors -- le Français se fait dominer dans les deux manches suivantes.

Mais alors que le match semblait avoir définitivement basculé en faveur de Ruud, Paire a retrouvé de l'énergie et du jeu. Mais il a cédé au jeu décisif et quitté le court Simonne-Mathieu sous les applaudissements fournis du public.

Medvedev décroche sa première victoire sur la terre parisienne

Le N.2 mondial Daniil Medvedev a décroché lundi sa première victoire à Roland-Garros en cinq participations en battant au premier tour le Kazakhe Alexander Bublik (ATP 37) 6-3, 6-3, 7-5. Au prochain tour, le Russe affrontera l'Américain Tommy Paul (ATP 52) ou l'Australien Christopher O'Connell (ATP 129).

Face à un joueur atypique, Medvedev a réussi lundi un match très solide. "C'est un très bon match, mais je m'étais très bien entraîné", a commenté le Russe en français avant de quitter le court Philippe-Chatrier.

"Je n'avais jamais gagné encore à Roland-Garros, mais je voulais vraiment le faire aujourd'hui. Alors même quand j'ai été mené, au troisième set, j'ai sur réagir", a-t-il souligné avec satisfaction.

"Cette année, je trouvais que j'étais vraiment nul sur terre battue. Mais dès le premier jour ici, j'ai senti que je pouvais très bien jouer. Je me sens presque comme sur dur", a-t-il expliqué.

A 25 ans, il a atteint les sommets de la hiérarchie du tennis grâce à ses performances sur dur et notamment sa finale historique à l'US Open 2019 où il avait poussé Rafael Nadal au cinquième set après avoir perdu les deux premières manches. Plus récemment, il a remporté en 2020 le Masters de fin d'année.

Mais ses piètres résultats, en comparaison, sur terre battue, avaient soulevé des questions quant à l'attribution de la tête de série N.2 à Roland-Garros alors que le maître des lieux Nadal héritait de la N.3.

Kenin vient à bout de l'ancienne lauréate Ostapenko en trois sets

L'Américaine Sofia Kenin (WTA 5), tête de série N.4, est venue à bout de la Lettonne Jelena Ostapenko (WTA 44) 6-4, 4-6, 6-3 au premier tour de Roland-Garros, lundi. Ostapenko avait remporté le tournoi en 2017.

Au deuxième tour, Kenin affrontera sa compatriote Hailey Baptiste (WTA 203), issue des qualifications. Baptiste a battu la Russe Anna Blinkova (WTA 77) 6-1, 6-4.

Iga Swiatek entame bien la défense de son titre le jour de ses 20 ans

Iga Swiatek (WTA 9/N.8) a bien entamé la défense de son titre lundi à Roland-Garros. La Polonaise s'est offert un joli cadeau d'anniversaire pour ses 20 ans sous la forme d'un billet pour le 2e tour du simple dames. Elle a éliminé la Slovène Kaja Juvan (WTA 101), entraînée par notre compatriote Phlippe Dehaes, en deux manches: 6-0 et 7-5. La rencontre a duré 1h27. Swiatek sera opposée au 2e tour à l'Américaine Shelby Rogers (WTA 47) ou à la Suédoise Rebecca Peterson (WTA 60).

La Varsovienne avait remporté son premier tournoi WTA en octobre dernier sur la terre battue parisienne. Elle a depuis ajouté deux autres titres cette année à Adelaïde et surtout à Rome. Elle a frappé fort en finale dans la capitale italienne, infligeant un double 6-0 le 16 mai à la Tchèque Karolina Pliskova.

Bianca Andreescu éliminée d'entrée

Bianca Andreescu, 7e joueuse mondiale et tête de série N.6, a été éliminée dès le premier tour de Roland-Garros. La Canadienne s'est inclinée 6-7 (1/7), 7-6 (7/2), 9-7 face à la Slovène Tamara Zindansek (WTA 85). Lauréate de l'US Open 2019, Andreescu a depuis été largement freinée par des blessures, et dernièrement par le Covid-19.

Zidansek affrontera l'Américaine Madison Brengle (WTA 83) au deuxième tour.