Rien n'est trop beau pour Maria Sharapova (WTA 4). Cendrillon du circuit féminin, star planétaire au point d'avoir posé en bikini pour le célèbre magazine Sports Illustrated, la poupée russe a été choyée par les organisateurs du tournoi de Dubaï qui l'ont emmenée découvrir, avec Lindsay Davenport (WTA 3), le tout nouveau temple de ski de la ville.

Oui, du ski en plein désert, c'est possible. Tout est possible, en fait, aux Emirats Arabes Unis. SkiDubai, le pharaonique complexe indoor dédié à la glisse, compte ainsi pas moins de cinq pistes différentes avec télésièges et peut accueillir un total de 1500 personnes avides de sensations fortes et rafraîchissantes.

Maria Sharapova et Lindsay Davenport n'ont, toutefois, pas poussé le vice jusqu'à chausser les skis, mais elles ont apprécié la petite balade en scooter des neiges avant d'échanger quelques balles sur un court spécialement aménagé pour l'occasion. Respectivement têtes de série n°2 et n°3 du tableau, l'Américaine et la Russe pourraient d'ailleurs se retrouver, vendredi, avec comme enjeu une place en finale.

«Cette semaine, je veux juste jouer et m'améliorer à chaque rencontre», confia la blonde Sibérienne, étoile des neiges à Dubaï. «Ce n'est pas un tournoi du Grand Chelem, mais je veux le gagner afin de mettre mon jeu en place», a ajouté l'ancienne lauréate de Wimbledon, perturbée par une blessure aux pectoraux qui ne lui a permis de disputer que deux tournois depuis le début de l'année.

Maria Sharapova, bientôt 19 ans, en a également profité pour mettre en avant son patriotisme en réplique aux critiques l'accusant de ne pas vouloir jouer la Fed Cup pour son pays. La poupée russe a même laissé entendre qu'elle pourrait faire sa première apparition dans la compétition, cette année.

«J'ai un coeur russe », a-t-elle déclaré en prélude à son entrée en lice, mercredi, contre sa compatriote Vera Dushevina (WTA 48). «Je représente mon pays à chaque tournoi vu que la Russie est couplée à mon nom dans les tableaux. Malheureusement, je n'ai pas pu passer autant de temps là-bas que je ne l'aurais souhaité. Mais quand je m'y retrouve, je me sens à la maison.»

Il n'est toutefois pas certain que la Russe soit de la partie lors du premier tour qui opposera son pays à la Belgique, les 22 et 23 avril, à Liège. Si une place s'est libérée depuis le retrait d'Anastasia Myskina, l'une des héroïnes des deux sacres en 2004 et 2005, la terre battue n'est, en revanche, pas sa tasse thé, ce qui pourrait pousser le capitaine Shamil Tarpishev à sélectionner Elena Dementieva (WTA 7) et Svetlana Kuznetsova (WTA 15) pour les simples.

© Les Sports 2006