Steve Darcis était radieux après avoir battu Alexander Zverev et offert, une nouvelle fois, la qualification à la Belgique en Allemagne, à l'occasion du premier tour du groupe mondial de Coupe Davis.

"Nous n'étions pas du tout favoris mais c'est une nouvelle fois la preuve que, quand on a un esprit d'équipe comme le nôtre, rien n'est impossible", a-t-il déclaré. "A la différence des Allemands, qui alignaient des individualités, nous avions une équipe."

Darcis pense aussi que l'expérience a fait la différence. "Alexander Zverev sera un jour top 5 mondial mais il doit encore comprendre ce qu'est la Coupe Davis. Les jeunes n'aiment pas mon revers slicé, je suis de la vieille école. Je lui ai fait plier les jambes et j'ai fini par réussir à lire son service", dit le Liégeois.

Il est aussi revenu sur cette première balle de match sauvée par l'Allemand dans le tie break, où il s'est écroulé au sol. "J'ai vu que sa balle était bonne mais j'aurais tellement voulu qu'elle soit dehors...", dit-il. "Après, j'ai dû me reconcentrer pour sauver une balle de set et gagner le match alors qu'il livrait un bon tie break."


Van Herck estime que la Belgique a sa place dans le groupe mondial

Pour Johan Van Herck, la qualification de la Belgique pour le deuxième tour du groupe mondial de Coupe Davis en Allemagne vient juste après la qualification pour la finale 2015, face à l'Argentine.

"Parce que c'était en Belgique", dit-il. "Mais elle a été acquise avec les mêmes valeurs: un esprit de groupe qui nous permet de faire face à beaucoup de choses que ce soit avant ou pendant les matches. Et si nous conservons le même état d'esprit, avec le potentiel joueurs que nous avons, nous conserverons toujours notre place dans le groupe mondial", dit le capitaine belge.

Le fait que Steve Darcis soit une nouvelle fois celui par qui le miracle s'est produit ne l'étonne plus vraiment. "Je sais ce dont il est capable mais c'est vrai qu'il le refait à chaque fois. Il était malmené sur le service de Zverev mais, dès qu'il entrait dans l'échange, il avait des possibilités. Et quand il s'est installé dans sa bulle, il est devenu invicible."

Van Herck affirmait de ne pas encore savoir si David Goffin jouerait le prochain tour, du 7 au 9 avril. "Je l'ai eu chaque jour au téléphone. Il avait dit qu'il n'était pas disponible pour cette fois. La suite dépendra de son programme mais si nous jouons à domicile contre l'Italie, ce sera déjà plus facile."