Et si cette année était la bonne? Jusqu'ici, le tournoi de Roland-Garros n'a jamais réellement réussi à Olivier Rochus. En cinq participations, l'Auvelaisien n'a jamais dépassé le cap du troisième tour. Cette fois, le tirage au sort a été beaucoup plus clément. Le n°1 belge a, en effet, été versé dans le troisième quart du tableau, a priori le moins difficile.

Au premier tour, Olivier (ATP 30 et 27 éme tête de série) sera opposé au Français Jean-Christophe Faurel (ATP 146), bénéficiaire d'une wild card. S'il franchit ce cap comme on peut le supposer, il affrontera au deuxième tour le vainqueur du match entre le Français Nicolas Mahut et le Tchèque Jiri Novak, deux joueurs classés au-delà de la 80 éme place.

Hier, dans les allées de Roland Garros, Olivier se gardait bien de commenter ce tirage. Mais on devinait un certain soulagement. Pour le même prix, malgré son statut de tête de série, il aurait pu se retrouver d'emblée face à des spécialistes comme Almagro, Simon ou Serra. «Il est clair qu'Olivier a un bon coup à jouer», résumait son coach Julien Hoferlin. Même en regardant plus loin dans le tableau, les voyants sont plutôt au vert. Andy Roddick, adversaire théorique au 3 éme tour, est loin d'être un spécialiste de la terre battue et souffre, en plus, d'une blessure au pied. Bref, s'il confirme sa forme de ces dernières semaines et s'il est complètement rétabli de son infection respiratoire, Olivier Rochus peut légitimement prétendre poser, pour la première fois, un pied en deuxième semaine!

Plus dur pour Malisse

La route de Xavier Malisse (ATP 37) semble, en revanche, bien plus compliquée. Dès son entrée en lice, le Courtraisien sera invité à croiser le fer avec le Chilien Nicolas Massu (ATP 35), champion olympique en titre et excellent spécialiste de la brique pilée. Et s'il élude, comme en 2001, cet écueil initial, il pourrait fort bien se retrouver au troisième tour nez à nez avec un certain... Roger Federer. Dur, dur...

La tâche de Kristof Vliegen (ATP 36) ne s'annonce pas beaucoup plus facile. Si le Limbourgeois, qui traverse une forme étincelante, peut légitimement espérer sortir le Tchèque Lukas Dlouhy (ATP 85), il devra probablement défier ensuite l'Argentin Jose Acasuso, un pur produit de l'école sud-américaine, habitué des matches marathons et des interminables promenades sur les lignes de fond de court. Et l'Espagnol Tommy Robredo, récent vainqueur du Masters Série de Hambourg, devrait l'attendre au troisième tour. Quant à Christophe Rochus (ATP 76), quatrième joueur belge à entrer directement dans le tableau final, il sera opposé à Thomas Johansson (ATP 18) avec une réelle chance de qualification. Le Suédois n'apprécie, en effet, que modérément la terre battue et revient, en outre, de blessure. S'il passe, l'aîné des Rochus sera ensuite opposé au vainqueur du match entre le Français Ascione et l'Espagnol Ramirez Hidalgo.

© Les Sports 2006