Le N.1 mondial Novak Djokovic a retrouvé son meilleur tennis pour balayer en deux sets 6-3, 6-2 le Français Gaël Monfils en demi-finales du Masters 1000 de Toronto, samedi.

Laborieux pour son entrée en lice contre le Luxembourgeois Gilles Müller, puis fébrile au service contre le Tchèque Tomas Berdych en quart, "Djoko" a rassuré ses supporters, un peu moins d'un mois après son élimination surprise dès le 3e tour de Wimbledon.

Monfils, vainqueur du tournoi de Washington dimanche dernier, avait pourtant fait forte impression la veille contre le Canadien Milos Raonic, mais il n'a cette fois pas fait longtemps illusion.

Il a certes pris la service de Djokovic dès le troisième jeu pour mener 2-1, mais le Serbe a immédiatement rétabli la situation et empoché trois jeux de suite pour mener 5-2: son entreprise de destruction du jeu de Monfils a fonctionné à merveille.

Il s'est en effet appliqué à faire durer les échanges, privant Monfils de rythme, tout en l'empêchant de rentrer dans le court et comme le N.2 français qui disputait son onzième match en douze jours, a rapidement accusé le coup, son physique exceptionnel ne l'a pas sorti d'affaire.

Dans la seconde manche, Monfils a perdu sa mise en jeu d'entrée et ne s'en est pas remis, avant de concéder sa douzième défaite en autant de matchs face à Djokovic après une heure et 13 minutes de jeu.


Djokovic-Nishikori, épisode 5

"Novak a très bien joué, il était plus fort que moi encore, j'ai saisi les opportunités que j'ai eues au début, il faisait des petites fautes, mais derrière il a bien réagi, il a fait beaucoup moins de fautes, il était plus précis et plus fort que moi", a constaté Monfils.

Djokovic s'est, de son propre aveu, rassuré: "Je suis plutôt satisfait de mon match. Pendant les tours précédents, je ne me sentais pas à 100%, mais j'ai gardé confiance et j'ai suivi mon instinct", a-t-il insisté.

"Je savais qu'il allait commencer ce match fort, il est en confiance, il m'a breaké, car je n'ai vraiment pas bien servi dans ce troisième jeu, mais je n'ai pas baissé les bras, je savais que plus le match durait, plus mes chances augmentaient", a-t-il expliqué.

En finale, il retrouvera pour la cinquième fois cette année le Japonais Kei Nishikori (N.6) qui a dominé plus tôt le Suisse Stan Wawrinka, 5e mondial, en deux sets 7-6 (8/6), 6-1.

S'il mène largement au bilan de leurs confrontations avec neuf victoires à deux, dont quatre en 2016, Djokovic reste prudent: "Kei est vraiment un joueur très rapide, qui frappe très bien des deux côtés: il faudra bien débuter cette finale", a-t-il prévenu.

Le Serbe tentera à 29 ans de décrocher le 66e titre de sa carrière, le septième de l'année après notamment l'Open d'Australie et Roland Garros, le 30e en Masters 1000, la catégorie de tournois la plus importante après ceux du Grand Chelem dont il est le roi incontesté.

Nishikori, lui, ne s'est jamais encore imposé dans un Masters 1000: "Cela va être intéressant, je n'ai pas battu Novak depuis longtemps", a admis le finaliste de l'US Open 2014 qui compte à son palmarès onze titres.