Ces mesures, qui font suite à la décision des autorités chinoises de suspendre les compétitions sportives internationales en 2020, sont un coup dur pour une discipline qui cherche à se développer dans le pays le plus peuplé du monde.

"Nous sommes extrêmement déçus que nos événements de classe mondiale ne puissent avoir lieu cette année en Chine", a déclaré dans un communiqué le patron de la WTA, Steve Simon.

"Nous respectons cependant la décision qui a été prise (par les autorités chinoises) et avons hâte de revenir en Chine dès que possible pour la prochaine saison", a-t-il ajouté.

Parmi les manifestations annulées, figure l'Open WTA de Wuhan (centre), qui promettait d'avoir une forte portée symbolique dans la première ville du monde touchée par le nouveau coronavirus à la fin de l'an dernier.

Même décision côté messieurs, avec notamment l'annulation des prestigieuses compétitions du Master de Shanghai et de l'Open de Chine à Pékin.

"Depuis le début de la pandémie, notre attitude a toujours été de suivre les décisions locales", a déclaré le président de l'ATP, Andrea Gaudenzi.

"Nous respectons la décision du gouvernement chinois de faire ce qui est le mieux pour le pays face à une situation mondiale sans précédent", a-t-il dit.