Déjà une première grosse victime

La France pleure déjà la perte de son meilleur joueur. A 34 ans, le 11e meilleur joueur mondial a pris la porte en 5 sets 3-6, 6-4, 7-5, 3-6, 6-3 en 3h46. Gaël Monfils s’est incliné face au jeune Finlandais Emil Ruusuvuori au premier tour. La Monf a été trop irrégulier et imprécis pour espérer poursuivre sa route. Monfils enregistre ainsi sa 7e défaite de rang. Aux tournois de Melbourne, l’ATP Cup, Vienne, Roland-Garros, Hambourg et Rome, il a perdu au premier tour face à respectivement Ruusuvuori, Berretini, Carreno Busta, Bublik, Hanfmann, Koepfer. Il faut remonter au tournoi de Dubaï pour le voir en demi-finale où il avait déposé les armes contre Novak Djokovic.

C’est la première fois depuis 15 ans que le Français ne s’était plus incliné au premier tour de l’Open d’Australie. Un dur retour à la réalité. Gaël Monfils expliquait après sa défaite qu’il souffrait beaucoup et qu’il n’avait plus de confiance sur le court. «Je m'entraîne comme un boucher et ça ne passe pas. Quand le mec est à terre, faut pas le shooter. J'aimerais bien me relever et vous dire que ce cauchemar est fini, mais là je suis dedans.» Un autre Français a joué un match en 5 sets dans la nuit. Corentin Moutet a battu John Milman 6-4, 6-7 (4), 3-6, 6-2, 6-3.

Emil Ruusuvuori n’est pas venu de nulle part

Emil Ruusuvuori, retenez ce nom impossible à prononcer correctement du premier coup. Le Finlandais n’a que 21 ans. Il a joué la NextGen. En 2020, il a effectué ses premiers pas sur le circuit ATP à Montpellier. Il a déjà joué l’US Open. Il a déjà battu Dominic Thiem en Coupe Davis. Cet ancien Top 4 chez les juniors a atteint la demi-finale à Nur-Sultan, un ATP 250 en battant deux Top 100. En 2019, il remportait quatre Challengers (Fergana, Majorque, Glasgow et Helsinki).

Lorsqu’il avait 5 ans, il se souvient avoir joué au badminton avec sa maman dans une salle de sport de son quartier. Sa coordination a été remarquée par une personne qui venait voir sa fille faire de la gymnastique. Seize ans plus tard, il a rejoint le camp des plus belles promesses du tennis mondial. Depuis le 31 août 2020, il fait partie des joueurs du Top 100 alors qu’il était 410e en juin 2019. En Finlande, Jarkko Nieminen avait été le dernier à remporter un Challenger en 2013. La Finlande a enfin trouvé son chouchou qui a transité par la Rafa Nadal Academy. Il a bâti son jeu autour de son service et de son coup droit.

Venus Williams éclipse le jeu de Kirsten Flipkens

Le premier match de la quinzaine sur le Margaret Court Arena opposait deux résistantes. A 40 ans, Venus Williams figure encore dans le Top 100. A 35 ans, Kirsten Flipkens, qui revenait d’une blessure à la cheville, prend encore du plaisir sur le court. Ni l’une ni l’autre n’a envie de ranger ses raquettes. Pourtant, la Campinoise a dû faire ses bagages. Elle s’est inclinée 7-5, 6-3. Williams a eu un break de retard dans le premier set, mais l’Américaine est revenue dans le coup pour signer sa première victoire en Grand Chelem depuis l’US Open 2019. Venus Williams s’est contentée de sourire et de serré le poing pour célébrer son succès. Le bonheur des Williams est complet vu que Serena n’a laissé que deux jeux à Laura Siegemund (6-1, 6-1).

Flipkens : "Contente de mon niveau de jeu"

Kirsten Flipkens n’était pas vraiment déçue après sa défaite comme elle l’a confié au micro de la Rtbf. «Mentalement, c’était dur avant de commencer ce match. Je n’avais pas joué depuis 4 semaines. Je devais faire un set vendredi, mais la pluie a perturbé le programme. A cause de ma cheville, c’était dur de me préparer correctement. Face à Venus, j’ai livré un bon match. Je suis contente de mon niveau. Venus est une grande championne. Ce qu’elle fait à 40 ans est incroyable. Moi à 40 ans ? Je ne jouerai plus au tennis. C’est sûr.»

Ysaline Bonaventure éliminée par Babos

Deuxième Belge à monter sur le court, Ysaline Bonaventure n’a pas trouvé la solution face à la Hongroise Timea Babos. Elle s’est inclinée 7-6 (0), 6-4. Le scénario de la rencontre est frustrant pour Bonaventure qui a eu une balle de première manche à 5-4. Ensuite, elle n’a pas existé dans le tie-break. Dans le deuxième set, elle est revenue de 2-5 à 4-5 service à suivre, mais elle a été breakée.

Marino gagne pour la première fois en Grand Chelem depuis... 2011

La rencontre entre Rebecca Marino et l’Australienne Kimberly Birrell n’était pas de nature à déchaîner les passions. Pourtant, la Canadienne, qui a fêté ses 30 ans en décembre dernier, a un parcours atypique. En février 2013, elle a choisi de prendre congé du circuit. Une pause à durée indéterminée alors qu’elle avait remporté 5 titres ITF en simple. Elle est revenue en janvier… 2018. Elle n’avait plus joué en Grand Chelem depuis l’Australian Open 2013 lorsqu’elle avait perdu contre Shuai Peng. Sa plus belle performance reste le 3e tour de Roland Garros en 2011. Nerveuse, elle a eu besoin de 7 balles de match pour l’emporter contre Birrell 6-0, 7-6 (9).

Wawrinka prend la pose puis expédie son match

Stan Wawrinka est un joueur au grand coeur. Lors de la photo d’avant-match, il a pris la pose accroupi pour être à la même hauteur que la petite fille qui l’accompagnait. Elle était tout sourire en voyant le geste. Le Vaudois a ensuite expédié les affaires courantes sur le court. Il a battu le Portugais Pedro Sousa 6-3, 6-2, 6-4. Une bonne mise en jambe pour le Suisse, 35 ans, et ancien vainqueur à Melbourne Park en 2014. Il dispute son 16e Open d’Australie.

Thiem, premier favori à entrer en lice

Dominic Thiem a été le premier candidat au titre à faire son apparition sur le terrain. Il s'est imposé sans grande difficulté face à Mikhail Kukushkin 7-6 (2), 6-2, 6-3. 

Raonic et Opelka, deux gros serveurs pressés

Les joueurs sont unanimes pour reconnaître que la surface à Melbourne est plus rapide que jamais. Les deux gros serveurs que sont Raonic et Opelka ne s’en plaindront pas. Ils ont été expéditifs lors de leur premier tour face à, respectivement, Coria et Lu.

Un deuxième tour entre deux grosses cylindrées

Caroline Garcia, qui a battu Polona hercog (7-6, 6-3), défiera au deuxième tour Naomi Osaka qui a écarté Anastasia Pavlyuchenkova (6-1, 6-2). « Je savais qu'en n'étant pas tête de série, je pouvais avoir un deuxième tour difficile. Mais mon ambition est de gagner un Grand Chelem alors ce genre de matches, que ce soit au deuxième tour ou plus loin, il faudra les gagner », confiait Garcia sur l’équipe.fr. Osaka est actuellement 3e mondiale. Garcia a été 4e mondiale en 2018.