Du côté belge : Ali K.-O. par la maladie et Ferro

Alison Van Uytvanck était la première Belge à s’élancer sur les courts. Malade, sans énergie et sans repère, elle perdait avec quelques longueurs de retard sur son adversaire du jour. La Française Fiona Ferro l’a vite compris. Elle a sorti un jeu solide pour garder Ali loin du ring (6-2, 6-1). Ferro, la Française qui a des racines belges, a mis fin à une malédiction. Elle n’avait plus gagné un match WTA depuis le 10 septembre. Elle était soulagée. « J’avais un plan précis. Je l’ai appliqué. »

Minnen, le rêve continue

Greet Minnen, 119e joueuse mondiale avant de venir à Melbourne, joue à 22 ans son premier grand tableau d’un Major. Sortie des qualifications, la petite amie d’Alison Van Uytvanck a fait preuve de caractère pour venir à bout d’Aliaksandra Sasnovich qui est 94e à la WTA. La biélorusse de 25 ans a opposé une belle résistance. La Belge l’a emporté 7-6 (3), 6-4, 7-5, transformant l'essai sur sa deuxième balle de match. Dans le set décisif, elle menait 4-1 avant de voir son adversaire revenir à 4-3. La rencontre a duré 2h35. Il s'agit de la première victoire de la belge dans le tableau final d'un Grand Chelem. Grâce à ce succès, elle se retrouve virtuellement 101e au classement WTA.

Fognini sauvé par la pluie de lundi

Les favoris continuent d’assurer lors de cette 2e nuit à Melbourne. La victime de la nuit la mieux classée est recensée à la 38e place mondiale. Reilly Opelka, le serveur fou, a été par le fantasque Italien Fabio Fognini 3-6, 6-7 (3), 6-4, 6-3, 7-6 (5). L’Américain peut regretter l’apparition de la pluie. Lundi, il menait 6-3, 7-6 et 1-0 avant l’interruption du match. Fognini en avait même brisé sa raquette. Mardi, tout était oublié. Il a pris les 3 sets et sauvé son stock de raquettes pour le tournoi.

L’Italie se porte comme un charme

Après la victoire sans bavure de Matteo Berrettini, l’Italie a salué en une nuit les succès étriqués de Fabio Fognini et du très jeune Jannik Sinner. Fognini, malgré son lundi, est sorti du piège Opelka. Quant à Sinner, le gamin de 18 ans disputait son 2e Major et le premier à Melbourne. A l’US Open, il avait perdu au premier tour. A Melbourne, il a remporté son premier match au meilleur des 3 sets en perdant 12 jeux seulement (7-6 (2), 6-2, 6-4.

5

La nuit a démarré avec un invité de taille : le suspense. Les matches en 5 sets ont été légions. Davidovich Fokina, Paire, Hurkacz, Fognini, Polmans, tous ont été besoin du set décisif.

Les favoris déroulent sans l’ombre d’un problème

Rafael Nadal a rejoint le deuxième tour sans perdre trop d’énergie sur le terrain. L’Espagnol, n°1 mondial, a dicté la loi du plus fort à Hugo Dellien 6-2, 6-3, 6-0. Toute la Bolivie attendait ce match comme s’il s’agissait de la finale de la Coupe du monde de football. Ils auront vu Nadal dans ses œuvres.

Parmi les autres cadors à entrer en lice, on note les victoires de Karen Khachanov qui a perdu un set contre Mario Viella Martinez, de Dominic Thiem, impeccable contre Adrian Mannarino, de Diego Schwartzman en 3 sets secs, de Roberto Bautista Agut en 3 sets aussi malgré la présence de Feliciano Lopez de l’autre côté du terrain, Milos Raonic, qui n’a laissé que 6 jeux à Giustino, Marin Cilic, qui a muselé Moutet en 3 sets

Mladenovic n’avait pas été gâtée lors du tirage

Dans le tableau féminin, c’était l’affiche du premier tour. La tête de série n°2 affrontait une potentielle Top 10, Kristina Mladenovic qui venait de mener la France vers le titre en Fed Cup. La logique a été respectée vu que la Tchèque s’est imposée 6-1, 7-5. La Française a opposé une belle résistance.

« C'est dur », confiait Mladenovic. « Il y a eu des jeux accrochés en début de match et je n'arrive pas à les prendre. Je pense que cela aurait fait un match différent si j'avais saisi ces balles de jeu. Je ne me sentais pas mal sur le terrain. Elle a été impeccable sur son service. Dans le deuxième set, j'ai des balles de break et elle sort des aces ou des services gagnants. Rien à dire. »

Moutet se noie face à Marin

Corentin Moutet avait fait sensation en atteignant la finale à Doha, mais il a hérité d’un tirage très compliqué au premier tour. Le Croate Marin Cilic, qui n’est plus tête de série (ATP 39) a fait parler son expérience pour calmer la fougue du Français. Le score est sec 6-3, 6-2, 6-4. Moutet était lucide. « Il a été bien meilleur dans tous les secteurs du jeu. » La France pleure aussi la défaite d’Ugo Humbert, un autre gamin qui avait très bien tourné en ce début d’année. Humbert avait remporté le tournoi d’Auckland, mais il a perdu au premier tour face à John Millman (7-6 (3), 6-3, 1-6, 7-5.

Le chiffre 13 était maudit

Après la sortie de la 13e tête de série chez les hommes (Shapovalov), c’était au tour de l’élimination de la 13e tête de série chez les femmes. Johanna Konta, 13e au ranking WTA mais 12e tête de série, a été sortie par la Tunisienne Ons Jabeur 6-4, 6-2. Konta avait été blessée au genou depuis l’US Open et manquait encore de rythme. La demi-finaliste à Melbourne en 2016 a déjà pris la porte.

Konta sortie, Sharapova aussi

L’ancienne n°1 Maria Sharapova a été batue 6-3, 6-4 par Donna Vekic, 19e tête de série. Bessée à l’épaule droite, Sharapova avait reculé dans la hiérarchie à la 136e place mondiale. L’ancienne lauréate de l’Open d’Australie en 2008 fait de plus en plus de peine à voir sur le circuit.

Les autres favorites passent

Belinda Bencic a battu Schmiedlova 6-3, 7-5. Karolina Pliskova est sortie indemne du piège Mladenovic. Madison Keys a écarté l’ancienne protégée de Philippe Dehaes, Daria Kasatkina. 6-3, 6-1.