Tout ce que vous avez raté cette nuit à l'Open d'Australie.

Barty résiste encore à la pression d’être australienne et n°1

Son tournoi avait démarré par la perte du premier set contre l’Ukrainienne Tsurenko. En huitièmes de finale, Aishleigh Barty avait laisser filer un set du côté de l’Américaine Riske. Pour le reste, la n°1 mondial a tout contrôlé : ses adversaires et la pression d’être n°1 mondiale et australienne à Melbourne.

Son quart de finale n’avait rien d’une sinécure. Opposée à la 7e tête de série Petra Kvitova, Barty est entrée dans l’histoire en devenant la première Australienne depuis 1984 à se hisser en demi-finale de l’Open d’Australie. Elle a battu la Tchèque Petra Kvitova 7-6 (6), 6-2.

« C'est absolument incroyable », confiait-elle « Je savais que je devais trouver mon meilleur niveau pour affronter Petra. Le premier set a été crucial. J’ai bien démarré les deux sets. »

Kvitova n’a pas démérité. Elle a rendu coups pour coups, mais la balle revenait encore plus fort. En demi-finale, Barty défiera la sensation de ce tournoi : Sofia Kenin, la jeune Américaine.

Kenin sort victorieuse du quart de la mort

Lors du tirage, le 2e quart avait été épinglé comme particulièrement solide avec Osaka, Venus, Gauff, Stephens, Kenin, Konta, Garcia, Wozniacki et Serena. Elles sont toutes tombées sauf Kenin pour laisser la place à un quart de finale étonnant entre Kenin et Jabeur. A l’exception de ce set perdu contre Cori Gauff, Sofia Kenin a survolé les débats jusqu’ici. En quart de finale, elle a bataillé durant 92 minutes pour signer un 6-4, 6-4 face à la Tunisienne. A 21 ans, l’Américaine a montré son sang-froid en sauvant 6 des 7 balles de break.

« Cette victoire me fait vraiment du bien », soulignait Sofia Kenin. « Je suis super excitée d’être en demi-finale. Dans l’ensemble, j’ai livré un bon match. J'ai essayé de gérer mes nerfs », poursuivait l’Américaine née à Moscou qui avait placé la Russe Dinara Safina dans son box. D’ailleurs, Safina n’a pas manqué de commenter la prestation de sa protégée. « Elle est un grand talent. J’aime vraiment la regarder jouer. Elle joue très intelligemment. » Safina n’est pas sa coach.

Le match a été intense, émaillé de fautes de part et d’autre. Le tournant de la rencontre s’est passé à 6-4, 2-3. A ce moment, Jabeur dominait les échanges, mais Kenin est revenue à 3-3 avant de dérouler jusqu’au bout.

Retenez ce nom : Kenin. Elle sort d’une année 2019 marquée par 3 titres WTA. Elle était remplaçante à Shenzhen. Elle n’a que 21 ans. « Je suis vraiment contente. J'ai travaillé très dur pour arriver là où je suis. J'ai fait une pré-saison vraiment difficile. Je savais que ça allait m'aider et que ça allait porter ses fruits.»

En demi-finale, elle affronte l’Australienne Barty avec le rêve de jouer une première finale de Grand Chelem et de rentrer dans le Top 10.

Temps mort médical pour Federer

Roger Federer affrontait un inconnu Tennys Sandgren. Après avoir remporté le premier set assez aisément (6-3), le Suisse a perdu le contrôle de la rencontre au point de céder la deuxième manche 6-2 et d'être mené 3-0. Le temps mort médical était alors réclamé par Federer qui tentait de s'accrocher dans ce 3e set (5-2). Le match est en cours.

Mertens et Sabalenka, les seules absentes en demi-finales

Les demi-finales ont accueilli trois des quatre premières têtes de série du tableau. Seule la paire composée d’Elise Mertens et d’Aryna Sabalenka a été sortie en quarts de finale. Elle a perdu face au duo Chan (n°7) 7-6 (7), 6-2.

Et les autres Belges du jour ?

Côté belge, on attend encore les montées sur le terrain en double des juniors Costoulas et Hoogmartnes. Costoulas joue avec Ruzic alors que Hoogmartens forme la paire avec Blanch. On parle dans les deux cas d’un deuxième tour.