Le jury du Trophée National du Mérite Sportif a désigné deux lauréat(e)s jeudi midi à l'Hôtel de Ville de Bruxelles, en attribuant conjointement le trophée à Kim Clijsters et Justine Henin, pour les remarquables prestations réalisées au plus haut niveau mondial tout au long de cette année.

Il était prévisible de voir la récompense atterrir dans la raquette d'une joueuse de tennis à l'issue d'une saison où le pavillon belge a flotté à Roland-Garros (Clijsters) et Wimbledon (Henin) jusqu'à la dernière journée. La question était de savoir si le trophée allait trôner à Marloie, en pays wallon, ou à Bree, en région flamande, voire au siège de la fédération à Bruxelles, si toute l'équipe Fed Cup était honorée, et donc y compris Laurence Courtois et Els Callens, qui complètent l'équipage belge victorieux à Madrid.

La réponse paraîtra «consensuelle », mais ne manque pas de logique, compte tenu des parcours en or réalisés cette saison par nos deux championnes. Kim Clijsters, actuellement nø5 mondiale, a en effet triomphé à Stanford, Leipzig et Luxembourg, atteignant la finale à Indian Wells, Rosmalen (c/Henin) et Roland Garros.

Justine Henin, nø7, a pour sa part empoché le titre à Canberra, Gold Coast et Rosmalen (c/Clijsters), et disputé la finale à Hawai, Filderstadt et Wimbledon.

Le tennis n'avait plus été honoré par le Mérite Sportif, la suprême récompense, depuis Jacky Brichant et Philippe Washer en 1957. C'est la septième fois qu'il y a deux têtes de liste, ce qui n'était plus arrivé depuis 1967, année où les cyclistes Eddy Merckx, champion du monde, et Ferdinand Bracke, recordman de l'heure, furent simultanément consacrés.

Clijsters et Henin succèdent au motocrossman Joël Smets au palmarès, où chaque lauréat ne peut apparaître qu'une seule fois. L'ambition du jury est surtout d'apporter un soutien moral aux sportifs belges qui font le plus honneur au pays dans les compétitions internationales.