Les interclubs ont donné lieu, voici quelques jours, à une lutte acharnée dans la catégorie des Messieurs 1. La décision lors du tour final, disputé selon un système de poules, n'est tombée qu'à l'occasion de la dernière journée, la rencontre entre le RTC Liège et le Royal Primerose CB débouchant sur la victoire (5-4) du premier club cité, qui a donc conquis son deuxième titre en deux ans. Une surprise lorsque l'on sait qu'Olivier et Christophe Rochus, ainsi que Kristof Vliegen et Gilles Elseneer, défendaient les couleurs du cercle bruxellois aux côtés de Gregory Bauwens, de Timothy Aerts et de Christophe Van Garsse.

«Cela fait maintenant vingt-cinq ans que nous évoluons au plus haut niveau et si, en toute logique, nous n'avons d'abord cherché qu'à assurer notre maintien, l'appétit est venu en mangeant», se félicite Michel Delhalle, le président liégeois. «Ainsi, après avoir été six ou sept fois seconds, nos ambitions de titre se sont concrétisées depuis deux ans grâce, notamment, au précieux soutien d'une équipe de sponsors qui finance la D 1 à elle seule.»

Cette fois encore, ne pouvant lutter au plan financier face au Primerose qui s'attache les services des meilleurs joueurs du pays, les dirigeants liégeois avaient fait confiance à leur fidèle armada de joueurs venus de l'Hexagone pour tenter d'engranger les points du sacre.

«Il n'y a pas de secret: pour monter une équipe compétitive, entendez par là susceptible de rivaliser avec des hommes de la trempe des Rochus, il faut se tourner vers l'étranger, poursuit Michel Delhalle. Fayenbois avait également fait appel à des joueurs d'outre Quiévrain. Beckhand et Kolonie étaient représentés par de nombreux Hollandais. A Diest, une équipe finalement reléguée, on comptait sur des joueurs comme Filip Dewulf et Tom Van Houdt. Mais ce sont les spectateurs qui sont finalement les bénéficiaires de ce contexte: un match entre Olivier Rochus et Anthony Dupuis pourrait être un 2e ou un 3 e tour de Roland Garros. La proximité et... la gratuité en plus!»

Si Anthony Dupuis, Thierry Ascione et Marc Giquel durent concéder trois points aux frères Rochus lors des matches de simple, le RTC Liège put cependant compter sur Régis Lavergne, Jérôme Hanquet et Jean-Baptiste Perlant pour rétablir la parité face à Gilles Elseneer, Gregory Bauwens et Timothy Aerts avant les trois matches de double qui permirent au club local de l'emporter. «On ne pouvait rêver de scénario plus exaltant», conclut notre interlocuteur.

© Les Sports 2003