A l'instar du nombreux public du Royal Léopold Club samedi, on aurait bien voulu voir triompher la jeune Kirsten Flipkens en finale du championnat de Belgique de série A. Non pas que l'on a quelque chose à reprocher à Daphne Vande Zande, qui l'a emporté 6-1 6-4, mais bien en raison de la différence de situation des deux joueuses.

Daphne Vande Zande a 27 ans, arrêté sa carrière professionnelle au début de l'année et ne dispute plus que quelques compétitions mineures, en Belgique, en France et en Allemagne (interclubs).

FATIGUE ET DÉCONCENTRATION

De son côté, Kirsten Flipkens, de douze ans sa cadette et classée 55e joueuse belge, représente l'un des meilleurs espoirs du tennis belge. Entraînée depuis trois ans maintenant par la Vlaamse Tennis Vereniging (VTV), elle a démontré tout au long de ces championnats de Belgique qu'elle disposait d'un talent certain.

Mais la répétition des efforts - Flipkens a joué sept matches en huit jours -, l'intensité d'une première grande finale, certaines carences au niveau mental et, bien sûr, les qualités de battantes de Vande Zande - qu'elle n'a pas perdues avec la retraite -, tout cela a fait que le premier titre de la jeune anversoise a été reporté à plus tard.

«Jamais je n'ai vraiment pensé que j'allais remporter ces championnats, explique Flipkens, en toute simplicité. J'ai pris les matches les uns après les autres et, finalement, j'ai passé une semaine merveilleuse, bien qu'éprouvante. J'ai donc commis beaucoup de fautes directes en finale. Je crois que j'ai encore beaucoup de choses à améliorer, notamment au niveau mental. Je perds trop souvent ma concentration. Et puis, il faut que je m'entraîne sur les balles hautes, blague-t-elle, faisant référence au jeu «à la Sanchez» de Daphne Vande Zande.

Un jeu de défense qui a permis à la Brabançonne de remporter son deuxième titre, après celui acquis l'an dernier face à Caroline Maes. Vande Zande a abandonné le tennis professionnel au début de cette année, mais elle n'a rien perdu de sa rage de vaincre.

«Un matin, j'ai volontairement ignoré mon réveil qui sonnait et j'ai raté l'avion qui devait m'emmener au tournoi de Leeds, et j'ai décidé d'arrêter.»

Comme cela du jour au lendemain, celle qui fut 140e joueuse mondiale a pris sa retraite. Mais pourquoi, diable?

«J'en avais marre de cette vie de nomade solitaire - je n'avais plus assez d'argent pour voyager avec mon coach et ami David Basile. Et puis le circuit WTA est un milieu pourri, où il n'y a pas de place pour l'amitié. C'est un monde égoïste. A table, on mange seule, si on n'a pas son entourage avec soi.»

LE TENNIS: UN MONDE POURRI

«Je ne peux pas croire que Justine Henin et Kim Clijsters sont amies. Je les ai vues à l'US Open: elles ne s'adressaient même pas la parole. C'est comme Appelmans et Van Roost. Quand la rivalité est trop grande entre deux joueuses, elles ne s'entendent pas. Moi, si j'étais copine avec Dominique (Van Roost), c'est parce que je ne représentais pas un danger pour elle.»

Des propos amers, dans la bouche d'une femme qui affirme maintenant avoir trouvé un nouvel équilibre.

«Désormais, je passe plus de temps avec mes proches, je vais me marier fin août, je donne des cours de tennis à quelques jeunes,... Bref, je suis beaucoup plus heureuse qu'avant.»

Mais pour en revenir à ce deuxième titre.

«J'estime qu'il a été acquis plus facilement que l'an dernier. En finale, Kirsten a montré de belles choses, mais elle ne se bat pas assez. J'ai l'impression qu'à son âge, Justine et Kim étaient plus battantes. Quant à la participation, je trouve dommage de ne pas voir des filles comme Els Callens ou Laurence Courtois. Je comprends que des filles du Top 50 ne viennent pas au Léo, mais pour les autres, il y a quand même de l'argent à prendre et un public qui souhaite les voir à l'oeuvre.»

A l'entendre, on comprend pourquoi Daphne Vande Zande a pris ses distances vis-à-vis du tennis. Reste à espérer que ces propos ne vont pas dégoûter les plus jeunes, à commencer par Kirsten Flipkens, dont on souhaiterait admirer encore longtemps le fabuleux coup droit.

© La Libre Belgique 2001