Découvrez les réactions des joueurs belges après la journée de mercredi.

Venus Williams: "Mertens qui ?"

Venus Williams (WTA 11) sera la prochaine adversaire d'Elise Mertens (WTA 60), vendredi à Roland Garros. L'Américaine, finaliste du tournoi en 2002 contre sa sœur Serena, est toujours là à bientôt 37 ans. Mercredi, elle s'est qualifiée sans problème pour le troisième tour en disposant de la Japonaise Kurumi Nara (WTA 90) 6-3, 6-1 en 1h20.

"C'est toujours agréable lorsque l'on peut contrôler le match", a commenté l'Américaine. "Le premier set était encore un peu délicat, elle jouait bien, elle a sorti des coups de défense incroyables. Il fallait que je m'adapte à son jeu, mais j'ai fait moins de fautes que lors de mon premier tour. C'est positif et j'ai envie de continuer dans cette voie", a ajouté Venus Williams, qui a pu compter sur le soutien de sa sœur, enceinte de son premier enfant, dans les tribunes.

"Elle m'a dit 'good job'. Je suis certaine qu'elle doit être contente de ressentir l'excitation d'un Grand Chelem sans avoir la pression de devoir jouer".

Venus Williams, elle, est présente pour la 20e fois à Roland Garros, où elle s'était inclinée l'an dernier en huitième de finale contre la Suissesse Timea Bacsinszky (WTA 31). Et elle espère évidemment aller le plus loin possible, alors qu'elle rencontrera pour la première fois Elise Mertens.

"Mertens qui ?", a-t-elle d'ailleurs demandé après sa victoire. "Je ne crois pas l'avoir déjà affrontée. Ce sera intéressant de voir comment la balle arrive. Vous savez, j'ai simplement envie de gagner, alors peu importe l'adversaire. C'est l'état d'esprit qu'il faut avoir, être gourmande".


Elise Mertens au troisième tour: "Contre Venus, ce sera un match comme un autre"

Elle a hurlé sa joie quasiment comme si elle avait gagné le tournoi. Pour son premier Roland Garros, Elise Mertens (WTA 60), 21 ans, a réussi à se hisser au troisième tour, mercredi. Sur le court N.6, la numéro 1 belge a battu la Néerlandaise Richel Hoogenkamp (WTA 105), 25 ans, issue des qualifications, 6-3 et 6-4 après 1h30 de jeu.

"Je n'étais pas dans un grand jour, mais j'ai gagné. C'est ce qui importe", a-t-elle confié après sa victoire. "J'étais un peu nerveuse, ce qui est logique, je suppose. J'ai essayé d'être agressive, mais cela n'a pas vraiment fonctionné aujourd'hui. Elle ne donne pas de vitesse à la balle, elle ne fait pas de fautes, elle court sur tout. J'ai mieux joué dans le premier set que dans le deuxième (elle fut menée 3-0, double break, ndlr), mais j'ai fait mon possible. Je suis évidemment très heureuse. Je suis au troisième tour, c'est fantastique.

En guise de récompense, Elise Mertens pourra défier, vendredi, probablement sur le court Philippe Chatrier ou le court Suzanne Lenglen, Venus Williams (WTA 11), 36 ans. L'Américaine, ancienne numéro 1 mondiale, lauréate de sept levées du Grand Chelem et finaliste à Roland Garros en 2002, a battu pour sa part la Japonaise Kurumi Nara (WTA 90) 6-3, 6-1 en 1h20. Un grand moment en perspective.

"Venus est une joueuse qui a énormément d'expérience. Je l'ai déjà rencontrée en double l'an dernier à Wimbledon (elle avait affronté les sœurs Williams avec An-Sophie Mestach, ndlr), mais c'est tout à fait différent. J'ai également vu sa finale contre Serena à l'Open d'Australie. Elle joue toujours bien. À Wimbledon, j'avais pu constater qu'elle frappait très fort. Elle sert remarquablement bien aussi. Et puis, elle sait ce qu'elle doit faire. Je vais essayer de jouer comme d'habitude. Ce sera un match comme un autre. Je vais essayer d'être agressive et d'atteindre mon meilleur niveau.


David Goffin, vainqueur de Stakhovsky: "Pour l'instant, tout va bien"

"Je suis là où je veux être. Pour l'instant, tout va bien". David Goffin (ATP 12) se veut satisfait de son début de tournoi à Roland Garros, où il s'est qualifié sans trop de difficultés pour le troisième tour, mercredi, à la suite d'une victoire 6-2, 6-4, 3-6 et 6-3 sur le court n°2 contre l'Ukrainien Sergiy Stakhovsky (ATP 123), issu des qualifications.

"J'ai disputé deux bons matches et je suis à nouveau au troisième tour ici à Roland-Garros. C'est un bon début. J'ai perdu un set, mais il y a eu une belle réaction. J'ai mis le petit coup d'accélérateur au début du quatrième set et cela a payé. Je suis bien, physiquement et mentalement. Je me suis fait breaker une seule fois dans le match en ratant une volée facile et un smash après rebond facile. Dans l'ensemble, j'étais assez solide dans mes jeux de service, même à la fin pour terminer, presque encore 2 aces, c'est positif".

Vendredi, pour une place en huitièmes de finale, David Goffin sera opposé à l'Argentin Horacio Zeballos (ATP 65). Le Sud-Américain, 32 ans se retrouve pour la première fois au troisième tour à Paris après avoir terrassé le géant Croate Ivo Karlovic (ATP 24) 7-6 (7/5), 7-6 (7/5) et 6-3.

"Zeballos, c'est un gaucher qui l'air de rien fait une bonne saison sur terre battue", poursuivit le numéro 1 belge, qui l'a déjà battu à quatre reprises dans sa carrière. "Je pense qu'il est en confiance. Il a fait un bon premier tour contre Mannarino et il avait les armes pour battre Karlovic. Ce n'est jamais facile de jouer un gaucher sur terre battue qui sert pas mal du tout, qui a un très bon revers, un revers à une main très beau, très propre. Il faudra que je le fasse courir, parce que quand il a le temps d'envoyer des bonnes frappes en revers, il est très dangereux".


Alison Van Uytvanck: "Radwanska est très talentueuse, mais je n'aurai rien à perdre"

Alison Van Uytvanck (WTA 113) va tenter de se hisser jeudi pour la deuxième fois de sa carrière au troisième tour à Roland Garros. La Grimbergoise, 23 ans, qui a déjà gagné quatre matches sur la terre battue parisienne après s'être extirpée avec brio des qualifications, défiera la Polonaise Agnieszka Radwanska (WTA 10), 28 ans, lauréate du tournoi junior en 2006 et quart de finaliste en 2013.

"Cela fait longtemps que je n'ai plus joué contre Radwanska (au tournoi de Bruxelles en 2012, ndlr), a-t-elle confié. "Elle est très talentueuse, elle lit bien le jeu et sait tout faire avec une balle, mais elle n'a pas de coups qui vont me faire mal. Ce sera très dur, mais une fois de plus, je n'aurai rien à perdre".

Alison Van Uytvanck n'a encore jamais réussi à faire mordre la poussière à Agnieszka Radwanska, mais elle ne partira pas battue d'avance pour autant contre la native de Cracovie. C'est que l'ancienne n°2 mondiale, finaliste à Wimbledon en 2012, n'a disputé qu'un tournoi sur terre battue cette année, à Stuttgart - où elle a perdu au premier tour - en raison de problèmes récurrents au pied.

"L'année dernière a été très difficile, mais là je me sens bien, je suis au deuxième tour et je prends beaucoup de plaisir à jouer. C'est le plus important", poursuivit-elle. "Mon nouveau coach (Alain Devos, ndlr) met surtout l'accent sur l'attitude à avoir sur le court et le fait d'essayer de jouer juste. Il faudra bien servir et être solide durant tout le match contre Radwanska, mais c'est elle qui aura la pression. Je dois y croire".


Eliminée, Flipkens estime cependant que c'est l'un de ses meilleurs matches sur terre

Kirsten Flipkens (WTA 87) n'a pas réussi à se hisser pour la première fois de sa carrière au troisième tour à Roland Garros, mercredi. Son parcours s'est achevé, sur le court n°3, sous les frappes lourdes et liftées de Samantha Stosur (WTA 22), finaliste du tournoi en 2010. La Campinoise, 31 ans, quittera toutefois Paris avec un bon sentiment après avoir fait mieux que se défendre contre l'Australienne, qui s'est imposée 6-2, 7-6 (8/6).

"Je pense qu'il s'agit de l'un de mes meilleurs matches sur terre battue", a-t-elle expliqué. "Stosur joue comme un homme, avec un coup droit très lourd et un service avec un gros kick, qui rebondit très haut. J'avais des difficultés au début, au niveau du retour, mais plus le match avançait, mieux je me sentais. J'aurais bien aimé disputer un troisième set, mais je peux être contente".

Kirsten Flipkens est passée en effet à une balle de remporter le deuxième set, lorsqu'elle mena 6-5 service à suivre dans le tie-break, mais l'Australienne, lauréate du tournoi de Strasbourg samedi dernier, a sorti le grand jeu pour s'imposer.

"J'ai pris le risque de faire service-volée, mais elle m'a sorti un passing incroyable. À l'arrivée, je perds 8-6, mais il ne faut pas oublier qu'elle est une ancienne finaliste. C'est dommage, mais je le répète, je peux être contente. Je me sens en forme et prête pour le gazon, ma période préférée de l'année", a ajouté Kirsten Flipkens, qui jouera encore en double avec l'Italienne Francesca Schiavone. «Il s'agit de son dernier Roland Garros. On va bien s'amuser".