Si le ministre des sports a expliqué dans un communiqué que les noms de Wickmayer et Malisse ont bien été enlevés de la liste des "sportifs suspendus", Philippe Muyters estime qu'à la lecture de la décision du tribunal de Bruxelles, le juge ne tient pas compte "des circonstances spécifiques des dossiers individuels de Wickmayer et Malisse", motive-t-il dans son communiqué.

"Le juge vise toute une série de principes généraux qui font partie de la politique antidopage de la communauté flamande. Et l'accepter signifierait que le ministre des sports ne croit plus à l'actuelle législation flamande déterminée dans le cadre d'une politique internationale de lutte contre le dopage à laquelle la Flandre a adhéré.

Mais, par cet appel, l'objectif ne vise pas à revenir en arrière et à annuler la décision du juge concernant spécifiquement Malisse et Wickmayer."

La fédération internationale autorise Yanina Wickmayer à rejouer

La fédération internationale de tennis (ITF) a autorisé Yanina Wickmayer à pouvoir rejouer, a annoncé mardi soir le bureau de management de la joueuse belge. Olivier van Lindonk, vice-président d'IMG Tennis, a expliqué avoir eu Stuart Miller, le patron de l'ITF, au téléphone qui lui a confirmé officiellement que l'ITF donnait l'autorisation à Yanina Wickmayer de reprendre la compétition. Il n'a pas précisé si Xavier Malisse était dans le même schéma, mais rien ne devrait empêcher le Courtraisien, actuellement à l'entraînement aux Etats-Unis, de reprendre lui aussi officiellement le chemin des courts.

Statuant en référé lundi, le tribunal de première instance de Bruxelles a levé la suspension pour un an infligée à Yanina Wickmayer et Xavier Malisse par le tribunal flamand antidopage (VDT) le 5 novembre dernier.

Yanina Wickmayer, 16ème joueuse du monde, 20 ans, avait prévu d'entamer sa saison 2010 par le tournoi d'Auckland en Nouvelle-Zélande, le 4 janvier et de disputer ensuite l'Open d'Australie (du 18 au 31 janvier) avec, entre les deux, peut-être le tournoi de Sydney (Australie). Elle espère recevoir aussi une invitation des organisateurs australiens alors que la directrice du tournoi néo-zélandais avait déjà confirmé lundi l'octroi d'une 'wild card' dès confirmation officielle de l'autorisation de jouer accordée à Wickmayer.