LONDRES Il n'y a pas qu' Henman Hill à Wimbledon. Il y a désormais aussi Rusedski Ridge. L'endroit, en réalité, est le même. Il s'agit de la petite colline, ou crête, située en face du court n°1 et depuis lequel les centaines de supporters britanniques qui n'ont pas de billet suivent leurs favoris sur écran géant en mangeant leur pique-nique.

Eliminée de la Coupe du monde de football en quart de finale par le Brésil, l'Angleterre a reporté ses espoirs de grande victoire sportive sur Wimbledon. Il y a 66 ans qu'elle attend un successeur à Fred Perry. Tim Henman s'est déjà hissé trois fois en demi-finales.

Greg Rusedski, lui, n'a jamais dépassé le stade des quarts de finale, qu'il n'a atteint qu'une seule fois en 1997. Il n'empêche, en l'année du jubilé d'or de la reine Elizabeth II, les Anglais commencent doucement à y croire. Dans une saison tennistique complètement folle qui a déjà vu Thomas Johansson et Albert Costa triompher à l'Australian Open et à Roland-Garros, ils se mettent à rêver d'une éventuelle finale entre les deux compatriotes. Connaissant leur patriotisme exacerbé, c'est une véritable... montagne que Xavier Malisse (ATP 35) devra franchir, ce lundi, s'il veut atteindre les quarts de finale d'une levée du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Non seulement devra-t-il lutter contre Greg Rused- ski, un adversaire au service dévastateur, lorsqu'il entrera dans l'arène du court central, mais il lui faudra aussi faire face à un public fanatique qui n'a pas son pareil pour générer une ambiance digne des meilleures corridas. `Je sais qu'il y aura du monde et ce sera sans doute la folie dans les gradins, mais cela ne me fait pas spécialement peur! glissa-t-il. Je suis en confiance et à partir du moment où je suis capable de battre Evgueni Kafelnikov, je sais que je peux vaincre d'autres très bons jou- eurs du circuit. Tous les favoris ou presque étant déjà éliminés, j'ai le sentiment que tout le monde peut gagner ce tournoi...´

S'il faut croire les Anglais eux-mêmes, Greg Rusedski (ATP 39) n'a jamais aussi bien joué sur gazon qu'à l'heure actuelle. Né au Canada d'une mère anglaise et d'un père allemand d'origine ukrainienne, il accéda à la nationalité britannique en 1995. Réputé pour son service de plomb, chronométré à une vitesse record de 239,7 km/h en 1998 à Indian Wells, il a déjà atteint une finale d'un tournoi du Grand Chelem, à l'US Open en 1997. Ces deux dernières années, c'est plus les salles d'attente des cabinets médicaux que les courts de tennis que le grand gaucher d'1,93m a fréquentées. Il semble effectuer un retour en force. `Je ne désire pas m'emballer! confia-t-il. Je sens que je me suis amélioré mais les choses vont se compliquer. Xavier Malisse est un très bon joueur. Ce n'est pas donné à tout le monde de battre Kafelnikov en trois sets. Il est très talentueux.´

Mixte: Callens au 2e tour

Par ailleurs, Els Callens, avec Robbie Koenig, s'est qualifiée pour le second tour. L'Anversoise et le Sud-Africain ont pris la mesure de l'Argentin Mariano Hood associé à l'Italienne Adriana Serra Zanetti en deux manches: 6-2, 6-2.

Enfin, signalons qu'en junior, Steve Darcis s'est qualifié samedi pour le 2e, en éliminant en deux manches et 54 minutes 6-3, 6-4 le Tchèque Daniel Lustig.

© Les Sports 2002