Avec ses treize titres du Grand Chelem, Pete Sampras est évidemment entré dans l’histoire de son sport. On ne remporte pas sept fois Wimbledon, quatre fois l’US Open et deux fois l’Australian sans laisser des traces. Mais peut-on dire pour autant que Pete Sampras a marqué l’histoire ?

La réponse, qui engendrera sans doute quelques réactions, est probablement négative.

Car si Sampras est un formidable joueur de tennis, on ne peut sans doute pas dire qu’il y aura un après Sampras.

Depuis le début de l’ère Open, en 1968, on peut affirmer que quelques joueurs ont, réellement, marqué le tennis. Soit en faisant prendre un tournant à leur sport; soit en dégageant un charisme exceptionnel allié à un jeu qui ne l’était pas moins; soit encore en générant un boum extraordinaire au niveau mondial ou national.

Parmi ces joueurs, il va sans dire que Borg est de loin le plus important. Certes, le Suédois n’a gagné “que” onze tournois du Grand Chelem mais sa domination totale sur terre battue et sur gazon, ainsi que la manière dont il a imposé le lift sur la terre entière l’ont rendu incontournable. On peut dire qu’il y a eu un avant Borg et un après Borg. Qui plus est, Borg a aussi marqué le début du tout à l’argent. On ne pouvait se balader en rue sans voir une publicité vantant ses qualités et le tennis, grâce à lui et grâce aussi à feu Philippe Chatrier, ancien président de la Fédération internationale, a pris une envergure telle qu’il est devenu l’un des sports les plus professionnels et les plus médiatisés.

Derrière Borg, et à cause de lui, John McEnroe a laisé une empreinte indélébile sur le tennis. D’une part parce qu’il a inventé une technique (qui n’a toujours pas pu être reproduite) et d’autre part parce que son caractère entier a suscité la colère, déchaîné les passions, outré les conservateurs. De plus, McEnrœ était et est doté d’une intelligence de jeu qui fait que, même depuis la fin de sa carrière, il demeure incontournable (capitaine de Coupe Davis, consultant TV,…).

Andre Agassi s’inscrit un peu dans la même catégorie que les deux joueurs précédents. Il a, comme Borg, déclenché une vague mercantile impressionnante et, comme McEnroe (mais en moins agressif), son image a atteint – au moins – le niveau de son tennis. De plus, il est le seul joueur depuis Rod Laver a s’être imposé dans les quatre tournois du Grand Chelem. Qui plus est, contrairement à Rod Laver, il a gagné sur quatre surfaces différentes.

Et, puisque l’on parle de Laver, plaçons-le en 4e position. Il aurait pu être mieux placé s’il était arrivé un peu plus tard, lorsque le tennis était déjà très médiatisé. Rappelons en effet que nous ne nous intéressons ici qu’à la période moderne du tennis et que Laver a réussi son premier Grand Chelem en 62 et son second en 69. Il n’a donc pas pu marquer l’ère professionnelle mais demeure une référence unique.

Cinquième dans notre classement subjectif, Jimmy Connors avait un caractère aussi bouillant que McEnroe et un tennis, si pas aussi génial, du moins autant atypique. Vainqueur de 109 tournois dans sa carrière, il a aussi été l’un des joueurs dont la carrière fut la plus longue à un très haut niveau.

Ensuite, il nous faut parler d’Arthur Ashe qui, s’il ne possède pas un palmarès aussi impressionnant que ceux des joueurs précités a réussi à faire sortir le tennis de ses blanches habitudes.

Fils adoptif d’Arthur Ashe, Yannick Noah mérite également de figurer dans notre ranking. Certes, le Français n’a gagné qu’un seul tournoi du Grand Chelem (en 83) mais il l’a fait chez lui, alors que la France recherchait un vainqueur de Roland Garros depuis 1946. Il a, de ce fait et du fait de son origine camerounaise, engendré un boum national et reste, malgré un palmarès tristounet, une des grandes figures du sport.

Boris Becker a joué le même rôle en Allemagne qu’il a fait entrer dans le giron des grandes nations tennistiques.

Sampras ne vient sans doute qu’après ces joueurs. Son palmarès est le meilleur de l’histoire mais qui, dans le grand public, peut dire qu’avant Sampras, Roy Emerson avait marqué l’histoire du tennis ?