Observer des militaires armés en faction dans et autour de nos gares, de nos stations de métro, des aéroports et des autres bâtiments publics ne nous surprend plus. Après les attentats perpétrés à l'aéroport de Zaventem et dans la station de métro Maelbeek, leur présence nous semble parfaitement justifiée. Mais que fait notre armée dans les pays baltes, en Afghanistan, au Mali, en Irak ou au Niger ? Explications.

Après les attaques terroristes dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo, dans la salle de spectacle du Bataclan à Paris et ceux subis à Zaventem et à Bruxelles, les militaires ont commencé leurs missions de surveillance dans notre espace public. Au début, il s'agissait principalement de para-commandos, puis des soldats de la Défense les ont rejoints. Etonnamment, nous nous sommes très rapidement habitués à leur présence armée patrouillant dans nos rues. Nous avons tout de suite compris, et à juste titre, qu'ils étaient là pour nous protéger contre de potentielles menaces terroristes. Mais les images diffusées par les médias de la Composante Terre au Mali, des F-16 belges dans les États baltes et de notre flotte dans les eaux ouest-africaines sont, quant à elles, plus difficiles à comprendre. Que fait notre armée là-bas ? Pourquoi la présence de nos militaires y est-elle si nécessaire ?

Une protection contre les menaces extérieures

Ces questions sont légitimes dès lors que nos frontières nationales ne sont pas directement menacées et dès lors que notre pays connaît, pour l’heure, la paix, la stabilité et la sécurité. Au Mali, par exemple, notre pays contribue à la formation des forces armées locales. L'armée malienne, avec des partenaires internationaux, mène une lutte acharnée contre l'extrémisme afin d'empêcher la création d'un nouvel État islamique au Sahel. Notre pays contribue également activement aux opérations européennes de lutte contre la piraterie au large des côtes africaines, sécurisant ainsi les routes maritimes d’approvisionnement dans cette région. Ce ne sont pas seulement les navires qui empruntent le canal de Suez avec des marchandises qui sont protégés, mais également les autres voies maritimes qui sont préservées. N’oublions pas que plus de 90 % de notre économie dépend de ces routes maritimes. Des F-16 belges sont également présents au Moyen-Orient, fournissant un appui aérien aux troupes terrestres et attaquant des cibles de l'État islamique (EI). La Défense souhaite non seulement rendre cette région plus sûre, mais surtout étouffer dans l’œuf une éventuelle menace terroriste pour l'Europe. Dans les États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), la Défense et nos partenaires de l'OTAN font tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger la population de la menace russe. Ces quelques exemples suffisent à démontrer l'importance de disposer d’une armée belge forte et à quel point les missions de la Défense sont diversifiées.

Plus de 70 ans de paix

Les grands-pères et les grands-mères d'aujourd'hui n'ont pas vécu la guerre. Ils n’en connaissent que les histoires racontées par leurs propres parents et grands-parents. Après plus de septante ans de paix dans notre pays, la sécurité nous paraît tellement acquise qu'on se demande à quoi peut bien servir la Défense belge aujourd’hui. Et pourtant, quand nos militaires interviennent dans notre pays lorsque des engins explosifs de guerre sont découverts, quand ils effectuent des opérations de sauvetage au large de nos côtes ou quand ils combattent le terrorisme, leur rôle apparaît comme évident. À l’inverse, nous avons plus de mal à appréhender les activités ayant un impact indirect sur notre sécurité. Il n’est pas aussi facile de comprendre pourquoi les militaires belges entrent en action à l’étranger. Il est pourtant indéniable que notre armée défend nos intérêts et contribue à la paix, à la sécurité et à l’avenir de notre pays et de ses concitoyens. Nous avons le devoir de défendre notre pays, économiquement prospère et sûr, et cela n’est possible que dans un monde stable et sécurisé au niveau international.

Un monde plus sûr

Actuellement, près d’un millier de militaires belges sont déployés dans le monde, le plus souvent en coopération avec d'autres partenaires internationaux. La Défense intervient non seulement dans des opérations de soutien de la paix et de pacification, mais aussi lors de missions humanitaires. Nos militaires sont des « bâtisseurs de ponts », des professionnels qui interviennent dans les conflits, aident en cas de catastrophe ou rétablissent la paix. Dans les pays où règne la guerre civile, où il n'y a pas de démocratie, où les ressources économiques sont limitées, où les droits de l'homme sont bafoués, la Défense belge agit.

La situation dans ces pays, aussi proches ou éloignés soient-ils de nous, impacte également directement notre société. Et plus vite la sécurité et la prospérité y seront rétablies, plus les impacts positifs se feront ressentir dans notre pays. Notre prospérité et notre niveau de vie élevé dépendent d'un monde international sûr. C’est pourquoi la Belgique contribue activement à l'amélioration de la sécurité au Mali, au Moyen-Orient et dans les États baltes. Si la sécurité y est accrue, ces populations seront moins enclines à fuir leurs pays et cela ralentira dès lors le flux de réfugiés vers l'Europe et notre pays. Nous profitons donc tous, d’une manière ou d’une autre, des actions de la Défense, car chacun a droit à la paix et à la sécurité au quotidien.