Finances

Certains investisseurs restent partisans d’un investissement en lignes individuelles alors que d’autres privilégient la diversification à travers des fonds. Ces deux formules ont leur place en portefeuille. Analyse des avantages et inconvénients.

Depuis les années 90, les sicav sont entrées en force dans les portefeuilles des investisseurs belges. Le mot sicav est l’abréviation de « Société d’Investissement à Capital Variable ». Les sicav sont des produits de placement essentiellement offerts par des organismes bancaires ou par de grandes maisons de gestion. La sicav est cependant une entité juridique différente de la banque qui la promeut. Elle récolte des fonds auprès des épargnants. Ces fonds récoltés sont ensuite investis dans des produits financiers en fonction de la politique d’investissement définie dans le prospectus d’émission de la sicav. Certaines sicav investissent uniquement en actions ou en obligations. D’autres investissent dans des actifs plus diversifiés. La sicav investit dans plusieurs actifs et pas seulement dans une action ou une obligation, et peut investir de manière large, non seulement dans des valeurs mobilières, mais aussi dans des instruments du marché monétaire, dans d’autres OPC ou « organismes de placements collectifs » (il s’agit alors de fonds de fonds), des dépôts et des produits dérivés. Dans une sicav, on peut créer différents compartiments qui auront des politiques de placement différentes. Même pour une mise relativement modique, l’épargnant a accès à un placement qui est diversifié dans plusieurs actifs.

Transparence et valorisation

Alors qu’avec des actions individuelles, l’investisseur sait exactement ce qu’il a en portefeuille et peut suivre sa composition de façon relativement aisée, certains estiment que, compte tenu du fait que les sicav investissent dans plusieurs actifs, il est parfois difficile de savoir exactement ce que l’on détient en portefeuille. Comment savoir ce qu’il y a dans ma sicav ? Le prospectus ou le prospectus simplifié (KIID pour Key Investor Information Document) définissent dans quels actifs la sicav sera investie. Ensuite, les rapports semestriels ou les fiches commerciales disponibles aux guichets des banques ou sur Internet permettent de voir régulièrement la composition du fonds, sa performance, sa valeur et son risque. En ce qui concerne la valorisation du portefeuille, le détenteur d’actions peut suivre les cotations en bourse. Dans le cas des sicav, certains investisseurs estiment qu’il est difficile de connaître la valeur de sa sicav. Or, la sicav publie une VNI qui est la « valeur nette d’inventaire » qui représente la valeur de marché de la sicav par action. Elle est calculée périodiquement, le plus souvent journalièrement. Les valeurs d’inventaire des sicav sont publiées régulièrement dans la presse quotidienne et spécialisée, ou sur certains sites spécialisés. Les sicav présentent l’avantage de pouvoir investir dans un placement diversifié pour une somme relativement modique. Ce placement permet de déléguer la gestion d’une partie de son portefeuille à des gestionnaires professionnels.

Revenus et taxation

Le traitement à l’achat ou à la vente des actions en bourse se fait de façon de plus en plus aisée grâce aux plateformes de trading en ligne. C’est aussi le cas avec les sicav même si tous les fonds ne sont toujours pas vendus partout. L’achat et la vente d’une sicav se font de façon aisée et rapide aux guichets des organismes bancaires ou en ligne sur certaines plateformes spécialisées ou sur le site des banques. Les sicav sont en général des fonds ouverts qui n’ont pas d’échéances, mais il existe également des sicav sous forme de fonds fermés qui ont une durée limitée. Dans le cas des fonds fermés, il est plus difficile de sortir de ces fonds, car la sortie entraîne des frais supplémentaires. Les actions génèrent des dividendes si la société a réalisé et distribué des bénéfices. Le rendement d’une action est donc fluctuant. Il dépend de la capacité de la société à générer des bénéfices et de la politique de distribution de ces bénéfices. Ces dividendes sont taxés sur base d’un précompte mobilier de 30 %. Les actions peuvent aussi dégager des plus-values ou moins-values qui, elles, ne sont pas (encore !) taxées. Les revenus d’une sicav peuvent soit être distribués sous forme de dividendes (on parle de sicav de distribution) ou être capitalisés (on parle alors de sicav de capitalisation). La plupart des sicav sont des sicav de capitalisation, car la fiscalité de ce placement est plus intéressante puisque les revenus sont réinvestis dans le fonds.

Actions pour ou contre ?

En achetant des actions individuelles, l’investisseur doit consacrer des sommes plus importantes pour pouvoir suffisamment diversifier son portefeuille. La sicav, en revanche, permet d’investir de façon très diversifiée pour des sommes modiques. La gestion y est déléguée à des professionnels. Cette gestion a bien sûr un coût, mais ce coût est relativement modique pour un service professionnel en gestion. L’investisseur peut aussi voir sur quelle échelle de risque se situe son investissement. En termes de liquidité, les deux placements se valent. À noter cependant que, dans un achat d’actions individuelles, l’actionnaire peut se rendre lui-même aux assemblées générales des entreprises. Cette tâche est déléguée dans les sicav et toutes les sicav ne remplissent pas de la même manière leur rôle d’actionnaire dans toutes les sociétés en portefeuille. Il faut aussi reconnaître que, lorsqu’on achète une action individuelle comme Apple par exemple, il y a une grande part d’investissement en matière d’attention et de sympathie pour la marque. Des sentiments que l’on retrouve moins dans les investissements en sicav.

Investir en bourse ?

Faut-il entrer dans les marchés d’actions aujourd’hui que ce soit en sicav ou en actions individuelles ? Malgré une hausse des marchés depuis plus de 9 ans, on ne peut pas prédire quand la prochaine crise ou récession viendra. Ne pas être présent sur les marchés d’actions, c’est aussi prendre le risque de perdre des opportunités de rendement. Par ailleurs, les rendements obligataires restent encore très bas. L’investissement en bourse peut se faire soit en direct soit par l’intermédiaire d’un fonds. Une combinaison des deux en portefeuille est aussi une bonne alternative de diversification. Quel que soit l’instrument choisi, les risques sont les mêmes. Que ce soit par l’intermédiaire d’un fonds, de lignes individuelles ou d’une combinaison des deux en portefeuille, l’investisseur ne doit pas perdre de vue qu’il doit avoir un horizon d’investissement à long terme. Il doit veiller à une bonne diversification de l’ensemble de ses avoirs et ne pas paniquer en cas de baisse. Dans tous les cas, il convient aussi de garder des liquidités pour faire face à d’éventuelles dépenses inattendues.