Interdiction de plus en plus populaire

Trois mois après l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les restaurants, près de 2 000 Belges ont été interrogés, à l'initiative de la Fondation contre le cancer (FCC), sur l'adoption de cette mesure.

L. D.
Interdiction de plus en plus populaire
©OLE

Trois mois après l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les restaurants, près de 2 000 Belges ont été interrogés, à l'initiative de la Fondation contre le cancer (FCC), sur l'adoption de cette mesure.

De ce sondage, il ressort que 85 pc de nos compatriotes se déclarent à présent favorables aux restaurants sans tabac. Alors qu'en 2004, 75 pc des Bruxellois étaient de cet avis contre 65 pc des Wallons et 36 pc des Flamands, à présent, ces différences d'opinion ont tendance à sérieusement s'estomper puisque ces chiffres s'élèvent respectivement à 89 pc, 89 pc et 82 pc (au nord du pays).

Les 84 pc aujourd'hui recueillis représentent un résultat plus qu'appréciable, quand on se souvient que, sondés en août 2004, ils n'étaient que 58 pc dans ce cas et, en 2006 avant l'imposition de la mesure, 79 pc. Quant à étendre l'interdiction aux cafés, l'idée semble également gagner en popularité : les partisans étant passés de 49 pc en 2004 à 61 pc en mars 2007 (72 pc des Bruxellois, 61 pc des Flamands et 59 pc des Wallons).

L'enquête fait encore apparaître que 84 pc des personnes interrogées sont convaincues qu'il est plus agréable d'aller au restaurant sans être dérangé par la fumée de cigarette. Mais 47 pc demeurent tout de même persuadés que les restaurants sans tabac nuisent à l'hospitalité dans le secteur Horeca.

Pour 67 pc, les indications relatives à l'interdiction apparaissent plus clairement aux entrées des brasseries et restaurants et pour plus des trois quarts (77 pc), des progrès ont été réalisés au niveau des campagnes antitabac au cours des quatre dernières années.

A la veille de la Journée mondiale sans tabac, placée ce 31 mai sous le signe des lieux publics sans fumée, ces taux de satisfaction tombent à point.

Le citoyen européen itou

Réalisé en octobre et novembre 2006, soit avant l'entrée en vigueur de l'interdiction, le sondage Eurostat révélait à l'époque des chiffres inférieurs. Si d'après l'Eurobaromètre, 88 pc des citoyens européens se disaient favorables à l'interdiction de fumer dans les bureaux, les locaux de travail et les lieux publics fermés, en ce qui concerne plus particulièrement les bars et les restaurants non-fumeurs, les pourcentages s'élevaient respectivement à 62 pc et 77 pc.

"Cela ne peut que renforcer la dynamique visant à transformer les lieux publics et les locaux de travail européens en espaces non-fumeurs d'ici 2009 , a déclaré Markos Kyprianou, commissaire européen à la santé, suite à la publication du sondage, la prévalence de la consommation de tabac et l'exposition à la fumée des autres constituent un important problème de santé publique en Europe. Le tabac est responsable de la mort de quelque 650 000 personnes chaque année. Et le tabagisme passif a des conséquences fatales pour 80 000 adultes supplémentaires. Il ressort de l'enquête que les politiques antitabac recueillent une adhésion franche de la part de la population."

Il apparaît, en outre, que les pays comme l'Irlande, la Suède ou l'Italie, dans lesquels des politiques de développement d'espaces non fumeurs sont appliquées, sont précisément ceux où ces politiques bénéficient du soutien le plus massif. Et, contrairement à ce que l'on aurait pu croire, il semble que les fumeurs ne soient pas les derniers, bien au contraire, à soutenir ces mesures.

Cela dit, si 90 pc des Européens pensent qu'il existe des interdictions de fumer dans leur pays, 36 pc estiment qu'elles ne sont pas respectées.

Au niveau européen, un citoyen sur trois travaillant dans un bureau ou un espace fermé dit être exposé à la fumée de tabac. Selon les pays, les pourcentages s'avèrent cependant très différents, variant de 96 pc des employés qui ne sont jamais exposés en Irlande à 15 pc en Grèce.

Quant au nombre de foyers non fumeurs, il varie, lui aussi, de 17 pc en Croatie à 83 pc en Finlande, en passant par 26 pc en Grèce ou encore 69 pc en Suède.

Appel aux politiques belges

En Belgique, d'après l'enquête réalisée à l'initiative de la FCC, on compte toujours 28 pc de fumeurs quotidiens au sein de la population belge, 4 pc de fumeurs occasionnels, 47 pc de personnes qui n'ont jamais fumé et 21 pc qui ont arrêté, dont un quart depuis 2004.

Parmi les fumeurs interrogés, 52 pc déclarent vouloir arrêter.

A quelques jours des élections, la Fondation contre le cancer plaide pour la mise en place d'une interdiction totale de fumer dans les lieux publics. Elle invite le monde politique à " respecter le souhait de la majorité de la population belge et à travailler dans cette voie ".

" Il s'agit de protéger non seulement la santé des clients des cafés et restaurants, mais aussi celle du personnel qui y travaille ", a souligné Luk Joossens, expert en prévention du tabagisme auprès de la Fondation.

Rens. : Ligne Tabac Stop : 0800.111.00, de 15 à 19 heures. Email : tabacstop@cancer.be Web : www.cancer.be