Sophie Wilmès et Alexander De Croo, deux Premiers ministres aux styles très différents au coeur de la tempête sanitaire

Lancée début juin, nous poursuivons notre série en cinq épisodes, publiés tous les week-ends jusqu’au 4 juillet, sur les coulisses de la crise sanitaire inédite que nous traversons. Nos journalistes vous emmènent dans les couloirs du pouvoir, là où les experts ont été consultés et là où les lobbys se sont imposés. Ils y ont confronté leurs analyses et opinions. Rarement de telles pressions scientifiques, économiques, sociales et médiatiques ont pesé sur les femmes et les hommes aux commandes du pays et des entités fédérées. Au fil des mois, des personnalités se sont révélées, des ambitions et des jalousies aussi, alors que d’autres étaient pointées du doigt pour leur négligence, leur amateurisme ou leur communication chaotique. Cette crise sanitaire historique a contraint des ministres régionaux, communautaires et fédéraux - aux intérêts divergents et aux couleurs politiques difficilement compatibles - à chercher des compromis, parfois dans la douleur, souvent dans l’urgence ou la précipitation. La Libre se penchera aussi sur la course au vaccin et la bataille de la Commission européenne pour accélérer le travail des firmes pharmaceutiques, avec les crispations et rebondissements que l’on a pu suivre, tel un feuilleton.

Sophie Wilmès et Alexander De Croo, deux Premiers ministres aux styles très différents au coeur de la tempête sanitaire
© Raphaël Batista
Les services de soins intensifs subissent un siège depuis plusieurs semaines. Sophie Wilmès, alors Première ministre, veut se rendre compte de la situation par ses propres yeux. Nous sommes le samedi 16 mai 2020 et ses collaborateurs ont organisé la visite de plusieurs institutions hospitalières bruxelloises. Les journalistes ne sont...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet