Neuf arrestations judiciaires lors de la manifestation contre les mesures sanitaires

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a procédé à neuf arrestations judiciaires, dimanche à Bruxelles, à la suite de dégradations commises après une manifestation contre certaines mesures décidées pour freiner la propagation du coronavirus.

Neuf arrestations judiciaires lors de la manifestation contre les mesures sanitaires
©BELGA

Le déplacement du cortège de manifestants a été calme du début à la fin, selon la police, mais certaines personnes ont créé des incidents. "Les participants à la manifestation se sont rassemblés dimanche à partir de 12h30 à la gare de Bruxelles-Nord. Le départ vers le parc du Cinquantenaire a été donné à 13h30. Le déplacement a été calme jusqu'à la fin. Environ 5.000 personnes ont participé à la manifestation", a estimé la zone de police lundi.

"Avant le départ, nous avons procédé à l'arrestation administrative de 11 personnes, qui étaient en possession de moyens pyrotechniques ainsi que de matériel inflammable. Après la fin de la manifestation, un groupe a délibérément cherché la confrontation avec la police dans le quartier européen. Des projectiles ont été lancés. Il a également été fait usage de matériel inflammable. Vers 16h00, nous avons procédé au refoulement de ce petit groupe. À la suite de ce refoulement par la police, le calme est rapidement revenu", a déclaré la zone.

La police a procédé au total à 88 arrestations administratives et à neuf arrestations judiciaires. Les personnes arrêtées judiciairement sont soupçonnées d'avoir lancé des projectiles - notamment des matériaux inflammables -, de s'être livrées à une rébellion armée et d'avoir endommagé des biens publics.

"Polarisation de la société"

Dimanche après-midi, des milliers de personnes se sont rassemblées pour contester les mesures sanitaires édictées par le gouvernement, dont l'usage du Covid Safe Ticket (CST, le pass sanitaire requis pour accéder aux établissements horeca, événements culturels, etc.). Des mesures qui, selon les protestataires, "conduisent à la polarisation de la société, en divisant les citoyens en deux classes, les droits fondamentaux devenant conditionnels".

La manifestation était organisée par le mouvement "Ensemble pour la liberté", qui rassemble plusieurs dizaines d'associations dont Viruswaanzin (groupe militant coronasceptique), Vecht Voor Vrijheid (Lutte pour la Liberté), The Human Side ou encore Belgians for Freedom. Selon le groupe Front Antifasciste Liège, le mouvement est proche de l'extrême droite.

Sur le même sujet