"Eight Days a Week" : La fulgurante ascension des Beatles

Un documentaire de plus consacré aux mythiques Beatles. Mais celui se démarque par le concert final, à découvrir en intégralité.

Charles Van Dievort

Un documentaire de plus consacré aux mythiques Beatles. Mais celui se démarque par le concert final, à découvrir en intégralité.

N’a-t-on déjà pas tout dit, tout raconté, tout analysé à propos des Beatles ? Probablement. Dès lors, que pouvait-on attendre d’un énième documentaire sur les Fab Four ? Ceux qui connaissent par cœur l’histoire de John, Paul, George et Ringo n’apprendront rien ou presque avec le film de Ron Howard, le réalisateur d’"Apollo 13" mais aussi du "Da Vinci Code", d’"Anges&Démons" et de leur suite "Inferno", qui sort en salles dès le 19 octobre. En revanche, ceux qui ne connaissent que la musique des Beatles et leur réputation y découvriront le destin invraisemblable des quatre garçons de Liverpool.

Consacré aux premières années du groupe, celles pendant lesquelles les Beatles se produisaient sur scène, à savoir de 1962 à 1966, "Eight Days a Week" retrace la fulgurante ascension des quatre jeunes Anglais, puis la descente aux enfers qui les conduira à ne plus se produire sur scène. Des quartiers louches de Hambourg à leur dernier concert le 29 août 1966 à San Fransisco, en passant par le célèbre "Cavern Club" de Liverpool, on les suit pas à pas au cours de leurs incessantes tournées.

Le réalisateur Ron Howard parvient à synthétiser le phénomène que furent les Beatles et pourquoi aujourd’hui encore celui-ci est aussi tenace. Il raconte les files de plus de deux kilomètres pour acheter un ticket pour les voir jouer, le tout premier concert jamais donné dans un stade, leur refus de la ségrégation lorsqu’ils joueront à Jacksonville, etc.

On regrette quelque peu d’avoir déjà vu la grande majorité des séquences vidéos et des photos qui constituent l’essentiel du documentaire, mais on se réjouit d’écouter Paul McCartney et Ringo Starr livrer leurs souvenirs de l’époque. Et on se délecte des interviews données par Sigourney Wearver et Whoopi Goldberg, pour ne citer qu’elles.

Si le documentaire rend hommage au travail de George Martin, le producteur historique des Beatles décédé en début d’année, il ne fait qu’effleurer le révolutionnaire travail en studio que menèrent John, Paul, George et Ringo.

Mais ce qui rend "Eight Days a Week" incontournable, c’est son bonus final : l’intégralité du concert donné par les Beatles le 15 août 1965 au Shea Stadium de New York. Onze titres et 30 minutes restaurées en 4K et au son retravaillé à Abbey Road par Giles, le fils du producteur George Martin. C’est là qu’on mesure toute l’ampleur de l’hystérie qui entourait le groupe de Liverpool, avec ces 56 500 spectateurs hurlant tellement que les musiciens ne s’entendaient même pas jouer ! Cinquante et un an plus tard, l’instant reste toujours aussi jouissif.


"Eight Days a Week" : La fulgurante ascension des Beatles
©IPM

Réalisation : Ron Howard. Avec Paul McCartney, John Lennon, George Harrison, Ringo Star, Bryan Epstein… 2 h.