"Freaky": c'est Scream qui fait volte-face façon Freaky Friday

Derrière une idée amusante, une comédie d’horreur plus consensuelle qu’il n’y paraît.

Ça commence comme des dizaines de slashers. Quatre ados picolent à la nuit tombée en se racontant des histoires à se faire peur. Le premier finira avec un grand cru en travers de la gorge. La deuxième la tête éclatée sur une cuvette de WC. Le troisième avec une raquette dans la figure et la quatrième empalée. Entrée en matière dans le vif du sujet.

Mais quand on découvre Vince Vaughn sous le masque du tueur maboul, Freaky change de ton. La magie du couteau aztèque sur lequel il a fait main basse provoque le transfert de son esprit tordu dans le corps de sa prochaine victime, l’inévitable blonde de service (Kathryn Newton) et vice versa.

Comme on s’en doute, le lendemain de la veille sera difficile pour l’un et l’autre. La pauvre Millie passe du statut de lycéenne orpheline et souffre-douleur à celui de tueuse en série traquée par sa flic de sœur, tandis que le psychopathe se demande comment poursuivre sa petite entreprise doté du corps d’une ado pas vraiment portée sur l’haltérophilie.

Freaky, c’est Scream qui fait Volte-Face façon Freaky Friday. Loin de La Petite maison dans la prairie de feu son paternel, Christopher Landon s’amuse des codes, clichés et stéréotypes du genre tantôt sans trop se gratter ("Je suis gay, tu es Noire : on va mourir !", hurle un personnage), tantôt avec ironie (l’amoureux de la belle démontre que quand on aime, le physique ne compte pas), voire avec un propos engagé (une séquence gore tranche dans le déni des viols collectifs sur les campus américains).

Ce qui n’empêche pas cette comédie d’horreur de rester gentiment proprette et consensuelle.

Freaky Comédie d’horreur De Christopher Landon Scénario Christopher Landon et Michael Kennedy Musique Bear McCreary Avec Vince Vaughn, Kathryn Newton… Durée 1h41.

"Freaky": c'est Scream qui fait volte-face façon Freaky Friday
©D.R.