Cinéma Comment conserver une famille quand le couple éclate ? Romane Bohringer et Philippe Rebbot ont trouvé une solution.

Romane Bohringer et Philippe Rebbot forment un couple d’artistes, à la Gainsbourg-Birkin, à la John et Yoko, avec chacun une personnalité, un parcours et, entre eux, une complicité, une alchimie dont on imaginait qu’elle allait durer toute la vie.

C’était oublier l’usure du quotidien. Toutefois, "Si c’est fichu entre eux", comme chante Michel Delpech, s’il ne leur est plus possible de vivre dans la même cuisine et de dormir dans le même lit ; ils n’ont pas envie de se détester pour autant. Pas question de faire payer la fracture à leurs deux enfants.

Cette situation tristement banale, Bohringer et Rebbot ont décidé de l’affronter de façon originale. En tournant un film ensemble sur leur divorce. L’idée paraît absurde. C’est un peu comme si Marie-Christine Marghem proposait de donner des cours de bonne gestion et André Gilles des cours d’éthique.


Faire un film, c’est 100 décisions à prendre tous les jours, à deux, pendant des mois. Un sacré challenge pour n’importe quel couple solide. Alors un couple en plein divorce… Pourtant, ils ont mis à exécution leur idée de raconter à deux leur séparation, leurs problèmes pratiques, leurs solutions, leur phantasme d’une nouvelle vie.

Après tout, Woody Allen a mis en scène sa séparation avec Mia Farrow en quasi direct live dans Husbands and Wives, mais c’était le Woody des années 90, une de ses meilleures décennies.

Bohringer et Rebbot ont choisi d’être plus réaliste encore, de jouer leurs propres rôles, avec leurs propres enfants, leur propre famille, leurs propres amis.

Le risque était évidemment celui du grand déballage glauque, indiscret voire gênant, même soûlant. He bien, non. Car si la matière est authentique, le traitement est artistique. Ce n’est pas un documentaire, Bohringer l’actrice et Rebbot l’acteur sont les personnages d’une fiction qui met en scène la question qui les obsède : comment rester une famille quand le couple se brise.

Et ils ont trouvé une réponse : le sépartement ou l’appartement pour gens séparés.

Comme la vente de leur maison ne leur permet pas, à chacun, d’acheter un appartement pouvant accueillir leurs enfants ; un promoteur leur a proposé d’adapter le plateau d’un immeuble en construction. Son idée : faire de la chambre des enfants un no man’s land entre la partie de maman et celle du papa, l’une et l’autre ayant son entrée perso. Une solution économique, pratique, écologique.

Et réaliste ? C’est tout le suspense.

Ils ont aussi une expérience à partager, celle d’une famille qui survit à la désintégration du couple et font même une proposition : sacraliser la rupture par une fête, un bijou, comme un engagement à ne pas gâcher le bonheur passé.

Ce titre L’Amour flou résume idéalement ce projet unique qui aborde le divorce d’un regard original, même chaleureux, et avec humour. C’est que Philippe Rebbot a un sens redoutable de la punchline lorsqu’il se présente, non pas comme l’ex mais "l’ann-ex" de Romane, qu’il se définit comme un "marxiste-lennoniste" et reconnaît avoir une flemme olympique.

Réalisation, scénario : Romane Bohringer, Philippe Rebbot. Avec Romane Bohringer, Philippe Rebbot, Reda Kateb, Clémentine Autain… 1h37.

© IPM