Une chronique de Laura Rizzerio. 

Définir quelqu’un de progressiste ou de conservateur ne peut se faire qu’en fonction d’un but défini. Mais notre société s’en est-elle fixé un ?

Dans une chronique récente (1) traitant du dossier de la dépénalisation de l’avortement, le journaliste Bertrand Henne s’étonnait du fait "qu’un sujet éthique aussi clivant soit chez nous un des rares sujets où on pourrait trouver un accord, un consensus". C’était pour lui la conséquence d’un aspect peu évoqué de l’élection du 26 mai : "le recul des conservateurs en matière éthique" et du fait que, depuis ce vote, "le rapport de force s’est légèrement renforcé en faveur des progressistes".

Ce qui m’interpelle dans cette chronique est l’utilisation des termes "progressiste" et "conservateur" pour décrire la situation et les parties en présence. Que signifie en effet cette dénomination et quelle est la valeur sémantique qu’on attribue au terme "progrès" ? Si l’on s’en tient à l’étymologie, progrès vient du latin pro-gredior qui signifie "marcher de l’avant, avancer vers un terme". Si donc le progrès est le fait d’avancer, d’accomplir un mouvement en avant, ou de s’accroître par étapes, tout cela ne peut se réaliser qu’en allant vers un "but" fixé comme le terme idéal. La référence au progrès implique donc toujours l’indication d’un but qu’il faut atteindre.

Si l’on revient à la chronique citée plus haut, il faut reconnaître alors que l’utilisation des termes progressiste ou conservateur implique un non-dit : celui du but à atteindre. Or, l’identification de ce but ne va pas de soi, et c’est justement à son égard que des équivoques peuvent surgir. Quand, par exemple, on affirme que le PTB ou le PS sont des partis progressistes et le MR un parti conservateur, quel but associe-t-on au progrès qui permet de situer les uns comme conservateurs et les autres comme progressistes ? Est-ce l’idéal d’une société égalitaire, solidaire d’une part, qui s’oppose à la société des libertés individuelles de l’autre ? Pas si sûr, car par ailleurs, dans les matières éthiques, ceux-là même qui se définissent comme progressistes se battent pour l’élargissement maximal de ces mêmes libertés individuelles. Dans le dossier de l’avortement cela est évident, car le consensus se fait autour de l’importance que tous accordent à l’autonomie des individus. Dans ce cas, ceux que l’on considère comme progressistes s’approprient la vision de la société qui inspire ceux que politiquement on définit comme conservateurs.

Que peut-on en conclure ? Définir quelqu’un comme progressiste ne peut se faire que d’une façon relative, en lien avec le but qu’implicitement ou explicitement on assigne à ce que l’on nomme progrès. Mais existe-t-il un but "commun" capable de définir le progrès de manière objective en redonnant sens à notre distinction entre progressiste et conservateur ? La réponse à cette question n’est pas aisée. On peut juste constater qu’aujourd’hui, le plus souvent sans le dire, on identifie ce but avec l’affirmation de la liberté, de l’autonomie ou encore de l’autodétermination des individus. Mais ce but permet-il réellement de garantir le progrès pour tous ? La réponse n’est pas si sûre. Dans le cas des questions climatiques ou socio-économiques, pour prendre un autre exemple, il est évident que l’autodétermination des uns - ceux qui détiennent pouvoir et richesses - entre en conflit avec le respect des droits et des libertés des autres - les pays en voie de développement, les personnes vulnérables, les animaux, la planète. Le fait de définir l’accroissement des libertés individuelles comme indicateur de progrès objectif et universel est donc problématique.

Peut-on trouver ailleurs un but commun ? Difficile de répondre, mais la recherche du bien commun comme visée de toute action politique, l’effort pour créer les conditions afin que chacun, y compris les plus vulnérables, puisse accéder à une vie digne, la promotion d’une société où le lien social prime sur l’intérêt particulier me paraissent des critères plus pertinents pour définir ce qui est progrès et ce qui ne l’est pas.

(1) RTBF, Matin Première, 23 octobre 2019