Comment les politiques doivent-ils réagir aux attaques sur le Net ? Quatre experts leur répondent

Après avoir été la cible d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux, le ministre germanophone de l’Enseignement, Harald Mollers (ProDG), a annoncé le 15 septembre dernier qu’il démissionnait de ses fonctions. Caroline Désir (PS), ministre francophone de l’Éducation, a subi elle aussi de nombreuses attaques et lui a adressé un message de soutien. Comment nos élus doivent-ils comprendre ces invectives répétées sur Internet et y réagir ?

Thierry Boutte & Louise Vanderkelen
Comment les politiques doivent-ils réagir aux attaques sur le Net ? Quatre experts leur répondent
©D.R.
D’abord, parce qu’on ne retrouve pas sur les réseaux sociaux de modérateur humain. Ensuite, parce que ce sont souvent des plateformes où l’espace dédié à la rédaction est limité, ce qui ne permet pas d’entretenir un véritable débat. De plus, ces réseaux sociaux sont accessibles à tous. Il s’agit d’espaces ouverts dans lesquels on retrouve des personnages politiques. Dans une période de crise de confiance, cela ouvre la...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité