La marine russe mènera des exercices au large de l'Irlande malgré les tensions en Ukraine

La marine russe s'apprête à mener des exercices au large des côtes irlandaises malgré les tensions à leur comble avec les pays occidentaux au sujet de l'Ukraine, a indiqué jeudi le secteur de la pêche irlandais.

La marine russe mènera des exercices au large de l'Irlande malgré les tensions en Ukraine
©AFP
AFP

Les exercices attendus du 1er au 5 février dans l'océan Atlantique à environ 200 kilomètres au sud-ouest de l'île, faisaient craindre aux pêcheurs irlandais d'être empêchés de travailler dans la zone, qui se trouve dans les eaux internationales mais dans la zone économique exclusive de l'Irlande.

Selon son directeur général Brendan Byrne, une délégation de l'Irish Fish Processors and Exporters Association (IFPEA) a tenu des discussions avec l'ambassadeur russe à Dublin Yury Filatov et un "accord équitable" a été trouvé pour permettre aux exercices et aux opérations de pêche de se tenir.

Les relations entre la Russie et les pays occidentaux sont au plus bas depuis la guerre froide après que Moscou a déployé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne.

La Russie dément tout projet d'invasion mais exige des garanties en matière de sécurité et que l'Ukraine ne soit jamais autorisée à rejoindre l'Otan, dont l'Irlande n'est pas membre.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense Simon Coveney a fait valoir que Dublin n'avait aucun pouvoir pour empêcher les exercices mais a fait savoir à l'ambassadeur que ceux-ci n'étaient "pas bienvenus".

"Ce n'est pas le moment d'accroître activités militaires et tensions dans le contexte de ce qui se passe en ce moment" autour de l'Ukraine, a-t-il déclaré lundi depuis Bruxelles.

L'ambassadeur russe était "extrêmement bien informé des difficultés de la pêche irlandaise" et assuré qu'il n'y avait "aucune intention de la part de la marine russe d'incommoder le secteur de la pêche irlandaise", a déclaré à l'AFP le directeur général de l'association représentant le secteur.

"Au fil des discussions, les deux côtés ont pu entrevoir une voie permettant aux exercices de ne pas être interrompus et pour que nous puissions continuer à pêcher", grâce à une "zone tampon" entre les deux, a assuré M. Byrne.

"On ne se mêle pas de la politique des exercices navals", a-t-il ajouté, soulignant qu'ils se dérouleront "dans une zone de pêche lucrative et précieuse", en particulier pour les crevettes.

Sur le même sujet