Stoltenberg promet à la Finlande une adhésion "rapide et sans heurts" à l'Otan

Le secrétaire général de l'Otan, le Norvégien Jens Stoltenberg, a salué jeudi la volonté des dirigeants finlandais d'intégrer l'Alliance atlantique et leur a promis un processus d'adhésion "sans heurts" et rapide.

"Il s'agit d'une décision souveraine de la Finlande (...) Si la Finlande décidait de postuler, elle serait chaleureusement accueillie au sein de l'Otan et le processus d'adhésion se déroulerait sans heurts et rapidement", a-t-il assuré dans une déclaration.

Le président et la Première ministre de la Finlande se sont dit favorables jeudi à une adhésion "sans délai" du pays nordique à l'Otan, progressant à grands pas vers une candidature qui doit être annoncée dimanche.

"La Finlande est l'un des partenaires les plus proches de l'Otan, une démocratie adulte, un membre de l'Union européenne et un contributeur important à la sécurité euro-atlantique", a souligné Jens Stoltenberg. "Je suis d'accord avec le président (Sauli) Niinistö et le Premier ministre (Sanna) Marin pour dire que l'adhésion à l'Otan renforcerait à la fois la sécurité de l'Otan et de la Finlande", a-t-il ajouté. "L'adhésion de la Finlande démontrerait que la porte de l'Otan est ouverte et que la Finlande décide de son propre avenir", selon lui.

L'intégration de la Finlande à l'Alliance "contribuera grandement à la sécurité européenne et sera un puissant signal de dissuasion, alors que la Russie fait la guerre en Ukraine", a pour sa part souligné le président du Conseil européen, le Belge Charles Michel.

La Finlande partage une frontière de 1.300 kilomètres et un passé douloureux avec la Russie. L'invasion de l'Ukraine a fait basculer les Finlandais en faveur d'une intégration à l'Alliance après des années de neutralité, afin de garantir leur sécurité.

L'Alliance considère qu'une attaque armée contre l'un ou plusieurs de ses membres en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre tous les membres. Mais cette disposition de l'article 5 du Traité ne s'applique pas pour les partenaires de l'Otan.

Moscou a averti jeudi que l'adhésion de la Finlande serait "assurément" une menace pour la Russie.

Sur le même sujet