Aux Pays-Bas, les écoles des mosquées salafistes suscitent l'inquiétude. Les enfants y apprendraient à refuser de faire partie de la société néerlandaise, ressort-il d'une enquête menée par le quotidien NRC et les équipes de l'émission "Nieuwsuur". En Belgique, les différents services en charge de la sécurité ont à l'oeil les adeptes du salafisme depuis des années, assure mercredi l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM). Selon l'enquête, les enfants fréquentant ces milieux islamistes radicaux y apprendraient que les non-musulmans méritent la peine de mort.

En Belgique, l'OCAM assure que le salafisme est gardé à l'oeil depuis des années par plusieurs entités relevant de la Sûreté de l'Etat, et de l'OCAM lui-même. "Le salafisme est l'une des formes de l'extrémisme, nous en sommes conscients", assure-t-on. La situation est moins inquiétante en Belgique qu'aux Pays-Bas où il existe bel et bien des mosquées se revendiquant clairement du salafisme, avance encore l'OCAM.

Des chiffres de la Sûreté de l'Etat datant d'avril montrent que notre pays abrite une centaine d'organisations salafistes (mosquées, centres religieux, écoles). Il n'existe pas de données pour savoir à quel point le phénomène prend de l'ampleur mais leur nombre semble aller en augmentant.