Transit vers Kaliningrad: Moscou promet des conséquences "sérieuses" pour la Lituanie

La Russie a promis mardi des mesures "sérieuses" contre la Lituanie qui a instauré des restrictions pour certaines marchandises transitant vers l'enclave de Kaliningrad, conséquence des sanctions européennes contre l'offensive de Moscou en Ukraine.

AFP
Transit vers Kaliningrad: Moscou promet des conséquences "sérieuses" pour la Lituanie
©AFP

"La Russie, bien sûr, réagira à de tels actes hostiles. Des mesures appropriées sont en train d'être élaborées au niveau inter-ministériel et seront adoptées prochainement", a affirmé, selon les agences russes, Nikolaï Patrouchev, secrétaire du puissant Conseil de sécurité russe, lors d'une visite à Kaliningrad.

"Elles auront de sérieuses conséquences négatives pour la population de la Lituanie", a-t-il poursuivi.

Lundi, Moscou a indiqué que Vilnius avait introduit durant le weekend-end des restrictions sur le transit par voie ferrée de marchandises frappées par les sanctions européennes en direction de la région de Kaliningrad, notamment les métaux ou les matériaux de construction.

Cette enclave stratégique et militarisée, siège de la flotte russe en mer Baltique, est entourée par la Lituanie et la Pologne, deux membres de l'Otan et de l'Union européenne qui soutiennent fermement Kiev depuis l'offensive lancée contre l'Ukraine le 24 février.

Moscou juge illégales les restrictions sur les marchandises circulant entre la Russie continentale et l'enclave, du fait d'un accord sur le transit datant de 2002 et mis en place lorsque les pays baltes, d'ex-républiques soviétiques, ont rejoint l'Union européenne.

En réaction, le chef de la délégation de l'UE en Russie, Markus Ederer, a été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères à Moscou.

Dans un communiqué, la diplomatie russe a accusé l'UE d'encourager une "escalade" et a exigé le rétablissement immédiat du transit vers Kaliningrad, alors que l'offensive en Ukraine laisse craindre une confrontation militaire entre la Russie et l'Occident.

Des habitants sereins

Dénonçant un "blocus", le gouverneur de Kaliningrad, Anton Alikhanov, a estimé qu'entre 40% et 50% des approvisionnements de l'enclave via la Lituanie pourraient être soumises aux restrictions, du charbon aux métaux, en passant par les matériaux de construction et des biens technologiques.

Mais les habitants de la capitale régionale éponyme interrogés par l'AFP ne semblaient pas gagnés par l'inquiétude, les autorités ayant assuré que les marchandises concernées seront amenées dans l'enclave par la mer, même si le chemin est plus long et couteux.

"Bien sûr que les sanctions laisseront une trace sur notre région (..) mais je pense que le gouvernement trouvera très vite une solution à cette situation, tout va se régler rapidement", assure Olga Klimova, une fonctionnaire municipale de 40 ans.

De son côté, Semion Chtchegoliatov, un marin de 36 ans, ne comprend pas pourquoi les autorités russes "s'offusquent aujourd'hui", tant il était prévisible que le transit soit affecté par les sanctions actées par l'UE.

"Ca fait quatre mois qu'il y a l'opération spéciale (en Ukraine), en tant que marin allant en Lituanie (...) on nous en parlait", explique-t-il, jugeant que désormais la seule solution c'est "de développer les voies maritimes".