1428 dauphins tués "par erreur "aux îles Féroé lors d'une tradition macabre: "C'est une honte pour l'Humanité"

Depuis plusieurs année la pratique du " Grindadráp" choque les associations de défense des animaux. Cette année, le nombre de dauphins tués lors de cette tradition dérange jusqu'au président de l'Association des baleiniers des îles.

1428 dauphins tués "par erreur "aux îles Féroé lors d'une tradition macabre: "C'est une honte pour l'Humanité"
©Shutterstock

Le grindadráp, aussi nommée grind, désigne la tradition culturelle de chasse aux cétacés qui se déroule aux îles Féroé depuis le XVIe siècle. Avec cette pratique, globicéphales noirs, dauphins à flancs blancs et grands dauphins sont encerclés dans une baie par des bateaux de pêche, puis tués un à un au couteau sur la plage. Cette année, un nombre record de dauphins à flancs blancs sont morts : 1428, contre 10 et 35 en 2020 et 2019, selon le biologiste marin Bjarni Mikkelsen, interrogé par la BBC.

Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France,a dénoncé sur Twitter "un massacre innommable, un crime contre le Vivant et une honte pour l'Humanité."

Mais cette année, les associations de défense des animaux ne sont pas les seules à s'indigner. Le nombre de bêtes tuées choque également les habitants. Selon un sondage réalisé par la chaîne publique féroïenne Kringvarp Foroya, 50% des Féroïens interrogés ne voulaient plus que des dauphins à flancs blancs soient encore tués, alors que 30% étaient pour. Mais ils sont 80% à être favorable à cette tradition lorsque ce sont des globicéphales qui sont pêchés.

Le président de l'Association des balainiers des îles Féroé, Ólavur Sjúrðarberg, a lui-même concédé à la BBC que la chasse de ce dimanche avait été "excessif". Il parle ainsi "d'une grosse erreur". "«Lorsque le groupe a été trouvé, ils ont estimé qu'il n'y avait que 200 dauphins». Ce n'est qu'au moment de commencer la mise à mort que les chasseurs se sont rendu compte de la mauvaise estimation. «Quelqu'un aurait dû mieux le savoir. La plupart des gens sont sous le choc de ce qui s'est passé », déplore Ólavur Sjúrðarberg même si la chasse était autorisée par les autorités locales et qu'aucune loi n'a été enfreinte.

Selon l'ancien président de la même association, Hans Jacob Hermansen, qui s'est exprimé à la télévision publique féroïenne «détruit tout le travail que nous avons réalisé pour préserver le grind».

Sur le même sujet