Les problèmes liés aux machines de Philips contre l'apnée du sommeil moins dangereux

Les problèmes liés aux appareils d'apnée du sommeil de Philips sont moins dangereux pour les utilisateurs que ne le pensait la société néerlandaise de technologie des soins de santé.

ANP
Les problèmes liés aux machines de Philips contre l'apnée du sommeil moins dangereux
©Shutterstock

C'est ce qu'elle indique mardi sur base des premiers résultats de recherche sur ces machines. Leur rappel se poursuit toutefois à un rythme soutenu. Les problèmes ont été causés par la mousse d'isolation sonore contenue dans les appareils, qui pourrait potentiellement s'effriter mais aussi libérer des produits chimiques. Comme Philips n'en connaissait pas la nocivité, la société a supposé qu'ils étaient cancérigènes. Après des tests approfondis en laboratoire, la libération de produits chimiques s'est cependant révélée bien moindre que ce que l'on craignait.

Les machines testées se sont en outre montrées conformes aux normes de sécurité en termes d'émission de substances. Le risque de cancer et d'autres maladies résultant de l'utilisation des appareils d'apnée du sommeil est donc "très faible", selon Philips, qui avait envisagé le pire scénario.

Philips a également tenu compte de l'effritement de la mousse d'isolation, qui ne semble avoir lieu que très rarement. Si la mousse est touchée, elle se transforme en une sorte de masse gélatineuse. La possibilité que de petites particules pénètrent dans les poumons des utilisateurs est donc moins probable, selon l'entreprise néerlandaise.

Pour mener ces tests, Philips s'est principalement appuyé sur des appareils nord-américains, région dans laquelle on a trouvé des machines dont la mousse était affectée, alors que ce n'était pas le cas en Europe et au Japon. Le nettoyage à l'ozone, que la société n'a jamais recommandé et qui a même fait l'objet d'une mise en garde de la part de l'organisme de réglementation américain FDA, a peut-être joué un rôle dans cette affaire, interprète Philips. Les appareils qui, selon les utilisateurs, n'avaient pas été nettoyés à l'ozone présentaient ainsi 0,5% de défauts. Lorsque les utilisateurs ont déclaré avoir nettoyé les appareils à l'ozone, le chiffre est passé à 7%.

En fournissant cette mise à jour, l'entreprise néerlandaise se conforme aux exigences de la FDA. Mais, explique-t-elle, elle souhaite également apporter un peu de clarté aux utilisateurs. "Pour l'instant, nous disons aux patients : 'Consultez votre médecin pour savoir si vous devez continuer à utiliser le dispositif'. Cette information peut y contribuer."

À l'échelle mondiale, Philips souhaite remplacer, d'ici la fin de l'année, 90% des quelque 5,5 millions d'appareils concernés par une nouvelle machine ou par un exemplaire entièrement révisé avec un autre type de mousse isolante. Philips a déjà mis de côté près de 900 millions d'euros à cette fin.