La réforme  stationnement à Bruxelles est votée, les tarifs vont augmenter

 La réforme de la ministre Van den Brandt (Groen) vise à “diminuer la place de la voiture” en ville.

La réforme  stationnement à Bruxelles est votée, les tarifs vont augmenter
©Christophe Bortels

Le Parlement bruxellois a adopté vendredi, en séance plénière, la réforme du stationnement de la ministre de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen). Ce plan doit déboucher sur le territoire de toute la Région bruxelloise à une harmonisation des règlements entre les communes. Mais aussi à une hausse globale des tarifs de stationnement en voirie, des amendes pour non-paiement des redevances, et du prix des cartes riverain.

“Le stationnement est un levier essentiel pour récupérer de l’espace public pour créer de jolies places, agrandir les trottoirs, planter des arbres, créer des sites propres de bus, des plaines de jeux, des terrasses… C’est un pas de plus vers une vraie ville à taille humaine”, justifiait en mars la ministre Van den Brandt, face à l’opposition de plusieurs bourgmestres et partis.

Le dernier plan de stationnement de la Région bruxelloise datait de 2009. “Depuis, la vision de la ville a profondément changé. Diminuer la place de la voiture va dans le sens de l’histoire. L’espace public ne peut être étendu à l’infini, a résumé la députée bruxelloise Isabelle Pauthier (Écolo). Le trafic auto doit être réglé de manière plus rationnelle, en tenant compte des 53 % de ménages qui n’ont pas de voiture, et des habitudes des jeunes qui, souvent, ne passent plus le permis de conduire.”

Les communes pourront demander plus

Les tarifs n’ont pas été votés vendredi. Ils seront fixés séparément dans un arrêté d’exécution qui sera pris par le gouvernement dans la foulée. La durée de stationnement autorisée et le prix varieront selon un code couleur. Selon les chiffres sur la table, la première demi-heure s’élèvera à 0,9 euro (contre 0,5 euro actuellement) dans toutes les zones. Un automobiliste qui stationne durant deux heures en zone rouge payera 8,8 euros au lieu de 5 actuellement. Pour deux heures en zone verte (durée non limitée), le tarif passera de 3 à 5,3 euros. Un préaccord existe aussi au sein des gouvernements pour faire passer le prix de la première carte riverain de 10 à 15 euros et la deuxième de 50 à 120 euros. Les communes sont libres de demander des tarifs plus élevés.