Stationnement à Schaerbeek : l'audit du Conseil d'État juge le plan illégal, la majorité Écolo-Défi dans l'embarras

Le plan de stationnement de la commune de Schaerbeek pourrait être déclaré illégal par le Conseil d’État.

Anciaux Sylvain
Si vous n’êtes pas en possession d’une carte de stationnement, vous pouvez la demander par e-mail via cartesdestationnement@uccle.brussels ou au guichet du Service Parking situé 3 rue Auguste Danse (2ème étage - 08:30 - 12:30 & 13:30 - 15:00).
©Bauweraerts Didier

À deux jours d’entamer des discussions concernant un nouveau plan de stationnement dans ses rues au conseil communal, Schaerbeek peut craindre un sacré revers… En 2019, la cité des Ânes revoyait son plan de stationnement, supprimant les zones bleues, et introduisant un stationnement payant jusque 21 heures, six jours sur sept. À l’époque, la majorité estimait que cette nouvelle mouture n’était qu’une modification d’un plan adopté en 2016. Ce dernier avait été approuvé par les riverains après consultation populaire, à l’inverse donc de la version la plus récente.

"C'est un excès de pouvoir", s'insurge le conseiller d'opposition, Georges Verzin (MR). "Il faut revenir à la situation légale de 2016, refaire une enquête publique et soumettre les modifications aux citoyens. " Le libéral avait mené, avec plusieurs citoyens, une lutte acharnée contre le plan de 2019, à coups d'interpellations citoyennes, de pétitions et d'un financement participatif qui a permis d'introduire une plainte au Conseil d'État, lequel pourrait déclarer le plan de stationnement illégal, et imposer un remboursement de toutes les amendes infligées par la nouvelle mouture. Rien que ça.

Où est l’audit ?

"Pour le moment, ce ne sont que des rumeurs, rassure l'échevine de la Mobilité, Adelheid Byttebier (Groen). On n'a pas reçu de rapport, il nous est annoncé fin septembre." Pourtant, contacté, l'audit de la plus haute juridiction du pays soutient mordicus avoir rendu son avis aux parties impliquées, et que celui-ci donne raison aux plaignants. Mauvais signe pour la majorité rose et verte, quand on sait que le Conseil d'État suit environ 90 % de ses auditeurs.

Adelheid Byttebier soutient n’avoir jamais consulté l’audit, et suppose qu’il pourrait être bloqué au sein du service juridique de Schaerbeek. De plus, la majorité ne prendra en compte que l’avis final du Conseil d’État, qui sera rendu après deux périodes de 30 jours au cours desquelles chaque partie plaidera sa cause. Réponse fin 2022, afin de savoir si le futur plan de stationnement sera caduc.