Les mesures sanitaires contre le coronavirus discrètement prolongées d’un mois : vers l'insécurité juridique ?

Les mesures pour lutter contre le coronavirus ont été prolongées, avec le nouvel arrêté ministériel du 7 février, jusqu'au 1er avril. Une prolongation discrète, que le cabinet de la ministre de l'Intérieur explique par la nécessité de garantir la sécurité juridique des mesures.

Les mesures sanitaires contre le coronavirus discrètement prolongées d’un mois : vers l'insécurité juridique ?
©Belga
La conférence de presse organisée dans la foulée du Comité de concertation du 5 février était très attendue pour l’annonce de potentielles nouvelles mesures. En dehors de la réouverture des salons de coiffure, rien ou presque n’a cependant été...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet