Petra De Sutter se dit "choquée" de la demande de report du démantèlement de Doel 3: "Nous avons tous été un peu surpris"

Petra De Sutter (Groen) était l'invitée de l'émission "De Zevende Dag" sur la VRT.

Belga
Petra De Sutter se dit "choquée" de la demande de report du démantèlement de Doel 3: "Nous avons tous été un peu surpris"
©Marie Russillo

Écouter cet article

Lire d'autres articles audio

La Vice-première ministre Groen Petra De Sutter a reconnu dimanche avoir peu goûté la demande d'avis de l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) sollicitée par de la ministre de l'Intérieur CD&V Annelies Verlinden à propos d'une prolongation de Doel 3. "Nous sommes choqués de la demande d'examen de la possibilité d'une prolongation à l'AFCN, à quelques jours de la mise à l'arrêt des opérations", a déclaré la Vice-première ministre écologiste flamande, au cours de l'émission "De Zevende dag" sur Eén (VRT).

Il y a quelques jours, la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) a demandé à l'AFCN si le démantèlement du réacteur nucléaire Doel 3 pouvait être reporté en toute sécurité. Cela permettrait, le cas échéant, de redémarrer la centrale à une date ultérieure, avait-elle justifié.

Mme Verlinden avait affirmé au cours de l'émission Terzake (Canvas-VRT) que l'organisme de contrôle nucléaire avait répondu positivement à cette demande, ce que celui-ci avait ensuite démenti.

"Au sein du gouvernement, la question de savoir si Doel 3 pouvait continuer à fonctionner cet hiver avait déjà été posée cet été. Même à ce moment-là, on nous a répondu que ce ne serait pas possible, a commenté Petra De Sutter dimanche.

La prise de position de la ministre Verlinden à "Terzake" n'a pas été formulée "au nom du gouvernement", a ajouté la Vice-première Groen. "Nous avons tous été un peu surpris par cela. Elle a peut-être communiqué un peu trop vite et a été rappelée à l'ordre. J'espère que la leçon est claire : il vaut mieux éviter que cela arrive".

Mme De Sutter a en outre déclaré qu'elle croyait toujours à un plafonnement des prix européens sur les importations de gaz.

Interrogé à plusieurs reprises par RTL-tvi au cours de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", le Vice-Premier ministre Ecolo Georges Gilkinet a quant à lui refusé de se prononcer sur l'opportunité ou non de prolonger l'activité de davantage que deux réacteurs nucléaires. "Commençons par trouver un bon accord sur les modalités de prolongation des deux réacteurs les plus puissants. Ce n'est déjà pas simple", a-t-il commenté à ce propos.

Sur le même sujet