"Au lendemain d'un Comité de concertation, on a une explosion d’appels"

Le 107 est le numéro gratuit où toute personne peut faire part de ses états d'âme dans l’anonymat. A l’œuvre depuis 61 ans, le Téléaccueil paraît plus que nécessaire au temps du coronavirus. Alors que les experts s’inquiètent de l’impact de la crise sanitaire sur la santé mentale, la ligne d’écoute tente de pallier ces effets "Covid" sur le psychisme des citoyens. La Libre vous propose de plonger dans le quotidien d’un "écoutant" bénévole pour le Téléaccueil de Bruxelles, confronté à la détresse, la solitude, l'inquiétude et l'angoisse.

"Au lendemain d'un Comité de concertation, on a une explosion d’appels"
©DEMOULIN BERNARD
"Voici la salle de convivialité, qu’il soit 3h du matin ou 3h de l’après-midi, c’est là que viennent les bénévoles ", commence Pascal Kayaert, le président du Téléaccueil bruxellois, en présentant la pièce munie d'une table sur laquelle sont disposées des friandises. Chaleureuse, la kitchenette a revêtu...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet