"Le voyage du Prince", une suite philosophique et inspirée de "Château des singes"

Jean-François Laguionie, doyen français de l’animation signe une suite philosophique et inspirée à son "Château des singes".

Vingt ans après Le château des singes, Jean-François Laguionie revient sur "sa" planète des singes. Un vieux singe - le souverain du film précédent - échoue sur un rivage paradisiaque. Tom, un écolier, le découvre. Le naufragé est soigné par ses parents, des scientifiques bannis pour avoir prétendu que d’autres civilisations de singes existent. Le nouveau venu est perçu comme un sauvage. Mais Tom apprend sa langue et comprend qu’il est un prince de la civilisation des Laankos.

Doyen du cinéma d’animation, Jean-François Laguionie, 80 printemps, n’a rien perdu de son inspiration et de sa sagesse. Après un Louise en hiver (2016) méditatif, il revient à une œuvre plus grand public, mêlant humour, poésie, aventure et critique sociale, avec ce conte philosophique cosigné avec Xavier Picard (qui a adapté Les Moomins sur la Riviera, 2015).

La société des Noukios a les traits et l’organisation de la France du XIXe siècle. On y est sûr de sa supériorité technologique, morale et culturelle. On n’hésite pas à y exhiber ses semblables au zoo, façon exposition coloniale. (Il est intéressant de confronter le regard critique de Laguionie et Picard avec l’absence de recul de Michel Ocelot dans Dilili à Paris.)

Le regard que porte le prince (qui conte le récit en voix off) sur ses congénères est celui qu’un extraterrestre pourrait porter sur l’humanité. Malicieux comme Laguionie, le prince se moque des prétentions et de la supériorité des Noukios, ignorants du reste du monde. Il ne comprend pas cette société industrielle où les gens sont trop épuisés par leur labeur pour jouir des produits fabriqués en série ou s’effraient d’un divertissement (hommage du réalisateur au cinématographe et à King Kong).

Le récit à des ramifications multiples, aux résonances contemporaines (la peur comme instrument du pouvoir, la revanche de la nature, le relativisme de la vérité et de la notion de civilisation). Les auteurs refusent la facilité pour inciter à la réflexion mais sans trop se prendre au sérieux et se méfier des certitudes. A cette fin, la morale, littérale, du récit, est qu’un peu de hauteur permet de prendre du recul sur nos excès et nos ingénuités. Ce que Tom et le prince parviendront à faire, ramenant ce récit où le précédent commençait.

Le Voyage du Prince Animation De Jean-François Laguionie et Xavier Picard. Scénario Jean-François Laguionie&Anik Le Ray Avec les voix de Enrico Di Giovanni, Thomas Sagols,… Durée 1h16. A partir de 8 ans.

"Le voyage du Prince", une suite philosophique et inspirée de "Château des singes"
©Note LLB