"Nous tous": un film qui cherche à dépasser le constat théorique accablant d’un monde vivant de plus en plus replié sur lui-même

Tour du monde des initiatives promouvant le vivre ensemble avec le Bruxellois Pierre Pirard.

Ancien chef d’entreprise bruxellois, Pierre Pirard traversait chaque jour le canal pour aller enseigner dans un lycée professionnel de Molenbeek, auprès de jeunes qui, comme partout ailleurs, avaient des rêves, des aspirations… Pourtant, ils butaient aux frontières invisibles de leur quartier, dont les habitants ne se mélangeaient pas avec le reste de la ville (et inversement). Et puis il y a eu la peur, celle née des attentats du 22 mars 2016, que l’homme a croisés de près, se trouvant par hasard près du métro Maelbeek, ce matin-là.

C'est sur ce constat que s'ouvre le documentaire de l'auteur du livre Vous n'êtes pas des élèves de merde et fondateur en 2013 de l'asbl Teach for Belgium, qui forme les professeurs à enseigner dans des milieux défavorisés. Dans Nous Tous, Pierre Pirard est parti à la rencontre, partout dans le monde, de femmes et d'hommes qui se sont donnés comme mission, comme lui, de reconstruire des ponts entres les communautés.

Le "Demain" du vivre-ensemble

Construit sur le même principe que l'iconique Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent en 2015, le film, financé par divers organismes, dont la Fondation Roi Baudouin, cherche à dépasser le constat théorique accablant d'un monde vivant de plus en plus replié sur lui-même, où montent les discours de haine et nationalistes, ceux des Orban, Le Pen, Zemmour et autres Francken. Alors, oui, le résultat est forcément un peu convenu, un peu naïf. Mais Pirard assume totalement ce discours "inclusif", "politiquement correct". Et ce en se plaçant sous le patronage de l'écrivain français d'origine libanaise Amin Maalouf. Le réalisateur va d'ailleurs à la rencontre, à Paris, de l'auteur des Identités meurtrières, qui prône l'universalité de notre identité d'humains pour déconstruire la dangerosité des discours identitaires omniprésents.

Mais ce sont évidemment les rencontres sur le terrain qui se révèlent les plus fécondes, les plus émouvantes aussi. En Bosnie, le Bruxellois retrouve ainsi Nudzejma et Kemal, deux musulmans qui ont choisi de quitter leur statut de victimes pour prendre des initiatives, par le sport ou l’accueil des enfants, pour permettre aux différentes communautés (musulmanes, orthodoxes et catholiques) de réapprendre à cohabiter. Le voyage se poursuit dans d’autres zones d’anciens conflits, comme le Liban ou les Moluques, en Indonésie, pour montrer, très concrètement, comment des individus choisissent de se mobiliser pour dépasser leurs peurs et leurs a priori. Pareil dans un village de pêcheurs du Sénégal, où chrétiens et musulmans vivent en parfaite harmonie. Ou dans la paroisse de Brookville à Long Island, où l’Église réformée, fondée au XVIIe siècle, a la particularité d’accueillir des fidèles chrétiens, juifs et musulmans, qui partagent les différents services religieux…

Être juif et musulman

En Floride, Pirard nous emmène encore à la rencontre d’un couple dont les enfants sont éduqués dans le judaïsme de leur mère Rorri et l’islam de leur père Arif. Leur but ? Que leurs enfants ne se sentent pas juifs ou musulmans, mais bien juifs et musulmans… Un vœu pieu ? Pas sûr. On estime qu’aux États-Unis, 20 % des enfants grandissent désormais dans des familles mixtes d’un point de vue religieux, sans que cela pose le moindre problème d’identité…

Nous tous Documentaire De Pierre Pirard Photographie Julien Cherpiuon Musique Manuel Roland Avec Amin Maalouf… Durée 1h33.

"Nous tous": un film qui cherche à dépasser le constat théorique accablant d’un monde vivant de plus en plus replié sur lui-même
©D.R.