“L’Unesco ne sert plus à rien, sauf à donner des gages aux pires régimes de la planète”

Ce que l’on n’obtient pas par les armes, on l’obtient par les arts, reconnaissait le président Erdogan. Et la culture est désormais au cœur des luttes politiques, explique Antoine Pecqueur. Ce journaliste publie un atlas très documenté sur la question.

“L’Unesco ne sert plus à rien, sauf à donner des gages aux pires régimes de la planète”
©Léa Crespi / Flammarion
Que les choses soient claires : Antoine Pecqueur est un amoureux de la culture. Joueur de basson, premier prix au Conservatoire de Lyon en 2004, il parcourt l’Europe pour jouer de son instrument. Mais aussi pour mener des enquêtes au long cours. Journaliste, spécialisé en politique...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité