Le taux de travailleurs à temps plein est à son plus haut niveau en cinq ans

La conjoncture actuelle, mêlant inflation et généralisation du télétravail, pourrait en partie expliquer cette hausse, note Acerta.

Réunion entreprise entretien d'embauche
"La crise énergétique et l'inflation élevée incitent peut-être les Belges à travailler davantage à temps plein", avance Acerta. ©Copyright (c) 2016 Saklakova/Shutterstock. No use without permission.

Il n'y a jamais eu autant de salariés sous contrat de travail travaillant à temps plein au cours des cinq dernières années, avec 66,2% des Belges actifs bénéficiant d'un tel contrat, signale le prestataire de services RH Acerta. Il y a cinq ans ce taux était de 64,7%.

Le nombre de contrats à temps partiel a diminué, et parmi ceux-ci, les contrats à 4/5e sont devenus plus populaires, de sorte que "si l'on additionne tous les travailleurs à temps partiel et à temps plein, les Belges passent en moyenne près de 90 % d'une semaine de travail complète au travail", précise Acerta en se basant sur l'analyse des contrats de 330 000 travailleurs dans le pays.

Ce sont surtout les femmes qui ont fait beaucoup plus d'heures ces dernières années. Alors que la fraction d'occupation des femmes était de 81,95 % en 2018, elle est maintenant de 83,59 %.

"La crise énergétique et l'inflation élevée incitent peut-être les Belges à travailler davantage à temps plein", avance Acerta. "Dans tous les cas, grâce au télétravail, travailler à temps plein est plus facile qu'avant."