900 employés licenciés par visioconférence à l'approche de Noël : la très mauvaise surprise réservée par l'entreprise Better.com

Le patron d'une entreprise américaine a procédé au licenciement de 900 employés par un simple appel Zoom. Une méthode qui passe mal auprès des employés et du grand public.

"Si vous participez à cet appel, vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés. Votre contrat prend fin ici, avec effet immédiat", a informé par Zoom le CEO Vishal Garg à 900 employés.
"Si vous participez à cet appel, vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés. Votre contrat prend fin ici, avec effet immédiat", a informé par Zoom le CEO Vishal Garg à 900 employés. ©Shutterstock - The National News
François Thys

La nouvelle était aussi brutale qu'inattendue pour une partie des équipes de l'entreprise américaine "Better.com". Lors d'une conversation Zoom, le CEO et fondateur Vishal Garg leur a en effet indiqué qu'ils étaient licenciés sur-le-champ.

"Si vous participez à cet appel, vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés. Votre contrat prend fin ici, avec effet immédiat", a-t-il ainsi déclaré.

Pour motiver sa décision, il a avancé un marché changeant ayant entraîné une baisse des possibilités, ainsi que des manquements au niveau de l'efficacité et de la productivité. "Le marché a changé : nous devons nous y adapter pour survivre. [...] Je regrette que la nouvelle ne soit pas différente, je regrette que nous ne prospérions plus comme c'était le cas au début de l'année", a ajouté le CEO. Lors de cette manœuvre, ce sont entre 10 et 15 % des employés qui ont ainsi été remerciés.

De l'argent frais rentre... mais les employés sortent

L'un des 900 employés concernés a confié au média d'information américain The Daily Beast que l'appel avait duré "trois minutes grand maximum". Si le CEO "avait un air grave, j'ignore à quel point c'était sincère", ajoute-t-il.

"Ils nous jettent comme des ordures. Nous étions là depuis le début et nous avons travaillé très dur pour l'entreprise", pestait un autre ancien employé.

"Je suis enceinte de 25 semaines et je dois accoucher en mars. Je ne sais pas ce que je vais faire une fois que mon assurance arrivera à son terme", révélait une troisième personne. "Dois-je chercher un nouveau boulot en étant si proche de l'accouchement ? Soyons réalistes, les employeurs ne vont pas engager quelqu'un qui devra partir trois mois plus tard."

Une nouvelle qui passe donc mal, d'autant plus après l'annonce une semaine plus tôt de l'arrivée de liquidités sonnantes et trébuchantes de la part des investisseurs de l'entreprise, pour un montant de 564 millions d'euros...

Outre les employés, les internautes n'ont pas hésité à largement partager et critiquer la méthode, avec des termes parfois peu élogieux à l'égard du CEO.

Des méthodes déjà critiquées par le passé

Ce n'est pas la première fois que les méthodes de gestion de Vishal Garg sont pointées du doigt. Fin 2020, son entreprise avait fait les gros titres après un email interne dévoilé par le magazine Forbes. Il y qualifiait ses employés de "stupides dauphins bien trop lents" qui "l'embarrassaient". Le fondateur est également impliqué dans plusieurs batailles juridiques avec d'anciens collaborateurs ou partenaires d'affaires.

Fondée en 2014, l'entreprise Better.com vise à faciliter l'accès à des prêts hypothécaires et permettre à tous d'acquérir un bien immobilier. En novembre 2020, cette FinTech était valorisée à hauteur de 4 milliards de dollars.

Sur le même sujet