Le prix moyen d'un kot tourne autour de 415 euros par mois sans les charges

Bruxelles reste la ville étudiante la plus chère de Belgique.

J.F.
Bruxelles reste la ville étudiante la plus chère de Belgique. La Flandre est globalement plus chère que la Wallonie.
Bruxelles reste la ville étudiante la plus chère de Belgique. La Flandre est globalement plus chère que la Wallonie. ©belga

Selon un baromètre des loyers, réalisé par Stadim & Diggit StudentLife et relayé par le journal Le Soir, il apparaît que le prix moyen d'un kot en Belgique est de 415 euros. Pour arriver à cette conclusion, les experts ont tenu compte des prix moyens des chambres, chambres avec sanitaire et studios. Ce prix moyen ne tient toutefois pas compte des charges (internet, énergie...) et des frais supplémentaires liés à la location d'un kot.

Bien évidemment, les prix observés dépendent de plusieurs facteurs, comme l'emplacement, la distance par rapport aux facultés, la qualité de la chambre, la surface, etc. La ville où se situe le logement a également un gros impact. Bruxelles reste ainsi la ville étudiante la plus chère de Belgique. La Flandre est globalement plus chère que la Wallonie.

Le prix des kots augmente

Sans même aborder la question de la hausse des prix de l'énergie, on constate que le "loyer nu" des kots augmente. Les experts précisent que cette hausse des prix est surtout visible à Bruxelles et en Flandre. En Wallonie, les prix n'ont pas fondamentalement augmenté depuis l'année dernière, précisent-ils.

L'augmentation des prix s'explique, comme toujours, par la loi de l'offre et de la demande. Le nombre d'étudiants ne cesse d'augmenter, ce qui implique qu'il n'y a pas assez de kots pour tout le monde. L’association Brik, qui facilite l’accueil et l’hébergement d’étudiants à Bruxelles, estimait récemment qu'il manquera entre 20 000 à 50 000 chambres dans la capitale d'ici 2030.

>> Consulter aussi notre dossier :Faut-il s'attendre à une hausse des loyers et prix des kots ?