Plus de 340 millions de chrétiens ont été "fortement persécutés" dans le monde en 2020, un phénomène en constante augmentation et qui a, de plus, été exacerbé par la pandémie de Covid-19, indique un rapport de l’ONG Portes ouvertes, publié mercredi.

"Les minorités chrétiennes persécutées ont dû faire face à des violences sans précédent et une plus grande discrimination. Le Covid-19 a amplifié les tendances que nous voyons émerger depuis plusieurs années", écrit l’ONG protestante en présentant son index annuel des 50 pays où les chrétiens sont les plus ciblés.

Oppression et violences

Au total, 340 millions de chrétiens - catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes… - ont été "fortement persécutés", contre 260 millions en 2019, note l’ONG, qui recense toutes les atteintes, depuis l’"oppression quotidienne discrète" jusqu’aux "violences les plus extrêmes".

"Cela représente un chrétien sur six en Afrique, et deux sur cinq en Asie", souligne Patrick Victor, directeur de la section française de Portes ouvertes, assurant que ces chiffres sont cependant "en dessous de la réalité".

L’ONG protestante s’alarme notamment de l’extension d’un "arc rouge-orangé" de pays où la persécution est extrême ou très forte, allant de l’Afrique sub-saharienne à l’Asie du Sud, en passant par le Moyen-Orient, avec deux moteurs : "le nationalisme religieux", en Asie notamment, et "l’extrémisme islamique, qui s’étend" en Afrique.

60 % de tués en plus

Le nombre de chrétiens tués a fortement augmenté (+60 %, passant de 2 983 à 4 761). "Plus de 90 % l’ont été en Afrique sub-saharienne", explique Patrick Victor.

Pour la sixième année consécutive, le Nigeria arrive "en tête des pays où les chrétiens sont tués pour leur foi", et de loin (3 530 morts). Suivent la République démocratique du Congo (460 morts) et le Pakistan (307).

Au Nigeria, "les groupes qui s’en prennent aux chrétiens (Boko Haram, État islamique, militants extrémistes peuls) ont ainsi profité des restrictions sanitaires pour étendre leur influence", souligne l’organisation.

Églises ciblées surtout en Chine

L’ONG note, en revanche, une forte diminution du nombre d’églises prises pour cible (fermées, attaquées, endommagées, incendiées…) ; leur nombre a été pratiquement divisé par deux (4 488, contre 9 488 en 2019).

La Chine est de loin le pays où le plus grand nombre d’églises ont été ciblées (3 088, après 5 576 en 2019), devant le Nigeria.

"En Chine, comme en Inde, la persécution des chrétiens est systématique, voire systémique", commente encore Patrick Victor. (AFP)