La justice du Vatican a saisi mardi "des documents et des appareils électroniques" dans des bureaux de la secrétairerie d'Etat (gouvernement) et de l'Autorité d'information financière (gendarme financier), a annoncé le Saint-siège. Ces saisies matinales font suite à des signalements au début de l'été concernant des "opérations financières faites dans le passé", indique un communiqué, sans donner le moindre indice sur la nature de ces opérations.

La secrétairerie d'Etat, l'organe de gouvernance de l'Eglise catholique, travaille étroitement avec le pape François.

L'Autorité d'information financière (AIF), qui se niche à quelques pas de la résidence du pape François, est une autorité anti-blanchiment qui s'est employée à éliminer les opérations opaques de la banque du pape (IOR), éclaboussée dans le passé par les scandales.

Les saisies effectuées mardi ont été ordonnées par le procureur du tribunal du Vatican Gian Piero Milan et son adjoint Alessandro Diddi, qui avaient averti au préalable les dirigeants des instances perquisitionnées.

Les signalements avaient été transmis à la justice par la banque du Vatican et le Bureau du réviseur général (chargé de l'audit comptable et financier des comptes du Vatican).