Les parents d'enfants de moins de 12 ans divisés sur la vaccination: 23% affirment qu'ils ne le feront "certainement pas"

Les parents des enfants de moins de 12 ans sont divisés sur la question de la vaccination infantile contre le coronavirus, ressort-il vendredi de la grande enquête corona, effectuée par l'Université d'Anvers.

Les parents d'enfants de moins de 12 ans divisés sur la vaccination: 23% affirment qu'ils ne le feront "certainement pas"
©ABACAPRESS
Belga

Parmi les répondants, 43% déclarent qu'ils feront "sûrement ou probablement" vacciner leurs enfants, tandis que 23% affirment qu'ils ne le feront "certainement pas". La grande enquête corona a été remplie la semaine dernière par quelque 18.000 personnes. A la question de savoir si les parents avaient fait vacciner leurs aînés de plus de 12 ans, il est ressorti que 87% de ces derniers étaient vaccinés.

Il a également été demandé aux parents, dont les aînés sont âgés de moins de 12 ans, s'ils feraient vacciner leurs enfants en cas d'avis positif du Conseil supérieur de la Santé. A cette question, 23,4% des participants ont répondu qu'ils le feraient "certainement", 19,6% "probablement que oui" et 23,6% "certainement pas". Les chercheurs précisent que ces résultats concernent tous les enfants de moins de 12 ans, et donc y compris ceux de moins de 5 ans.

La troisième dose pour les adultes, en revanche, fait l'objet d'un large consensus. Parmi les répondants âgés de plus de 65 ans, trois sur quatre ont reçu une troisième injection, ce qui correspond aux statistiques connues à l'échelon national. Dans la tranche d'âge de 36 à 65 ans, un participant sur quatre a reçu un "booster".

Les résultats de l'étude montrent également que le recours aux auto-tests est de plus en plus courant. Plus de 56% des répondants ont ainsi déclaré qu'eux ou un membre de leur famille avaient déjà effectué ce type de test; 21% des personnes sondées estiment cependant que ces tests sont cependant peu fiables ou trop chers.

Concernant les fêtes de fin d'année, les sondés sont plus nombreux que l'année dernière à prévoir de fêter Noël ou Nouvel An avec des personnes extérieures à leur foyer. Pour beaucoup, les réjouissances se feront toutefois en comité restreint.

Sur le même sujet