"Omicron amène la fin de la pandémie" : une experte danoise annonce un retour à "la vie normale" dans deux mois

Selon elle, le variant Omicron pourrait aider à ce que la pandémie se termine.

"Omicron amène la fin de la pandémie" : une experte danoise annonce un retour à "la vie normale" dans deux mois
©Belga/AFP
La rédaction

Alors que les Etats-Unis et plusieurs pays de l'UE font face à un raz-de-marée de contaminations avec la propagation du nouveau variant dominant Omicron, et qu'il est plutôt l'heure au durcissement des mesures plutôt qu'au relâchement, une experte danoise s'est avancée en évoquant la fin de la pandémie.

Tyra Grove Krause, épidémiologiste en chef de l'Institut National du Sérum, a en effet annoncé lundi lors d'un point presse télévisé la fin de la pandémie pour dans deux mois. "Je pense qu'on en a pour deux mois, et puis j'espère que l'infection commencera à se calmer et que nous retrouverons une vie normale."Pour affirmer cela, elle se base sur une étude qui montre que les risques d'hospitalisation liés à Omicron ne représentent que la moitié de ceux observés avec le variant Delta.

En effet, si le variant Omicron a d'abord été perçu comme une menace majeure en raison de sa contagiosité, les chiffres provenant du Danemark, du Portugal ou encore du Royaume-Uni indiquent qu'il n'aurait finalement qu'un effet limité sur les hospitalisations.

Cela pousse cette experte danoise à penser que "Omicron amène la fin de la pandémie". "Omicron est là pour rester, et il entraînera une propagation massive de l'infection au cours du mois à venir. Quand ce sera fini, nous serons dans une meilleure posture qu'avant." Ces infections massivesvont augmenter l'immunité collective selon elle de la population danoise, signifiant in fine, un possible retour à la vie normale.

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran, partageait par ailleurs lundi qu'il existait "une possibilité" que cette cinquième vague soit "peut-être la dernière", car "il est probable que nous ayons tous acquis une forme d'immunité".

Un perspective qui n'empêchera pas les soins de santé d'être encore mis sous pression durant les prochains mois avertit Tyra Grove Krause. "Omicron culminera fin janvier, et en février, nous assisterons à une baisse de la pression infectieuse et à une diminution de la pression sur le système de santé. Il faut faire un effort en janvier, car ce sera dur de s'en sortir."

Sur le même sujet