Seuls 4,7% des personnes donnant leur sang ont développé des anticorps au coronavirus, ressort-il des échantillons analysés depuis fin mars par l'Institut belge de santé Sciensano. Ce taux n'a plus augmenté depuis les données recueillies fin avril, ce qui signifie que d'immunité collective il n'est toujours pas question. Depuis le 30 mars, la Croix-Rouge fournit deux fois par semaines des échantillons à Sciensano. Les analyses permettent de voir l'évolution de l'immunité collective dans la population en bonne santé. Il ressort de l'analyse de 3.284 échantillons que seuls 4,7% donc ont développé des anticorps. Ce taux n'a plus évolué depuis mi-avril.

"L'immunité collective n'est donc encore qu'un rêve très lointain", explique le docteur An Muylaert, directrice diagnostic de la Croix-Rouge flamande. "Ce sont des taux comparables à ce qu'on remarque à l'étranger. Des analyses plus poussées devraient expliquer à quoi cela est dû".

Les anticorps peuvent être repérés dans le sang après environ deux semaines.