Chronique

Le 31 mars 1980, le dernier charbonnage liégeois, celui d’Argenteau-Trembleur, fermait définitivement ses portes. Dès le mois de juin, les portes s’ouvraient à nouveau mais cette fois c’était pour une activité touristique. Le gouverneur de l’époque, Gilbert Mottard, voulait sauvegarder le souvenir des mineurs. La Province acheta donc le site.

Grâce à l’aide de la Communauté française, soutenue par la Fédération du tourisme de la Province de Liège, des communes de Dalhem et de Blegny et, à partir de 1990, des Fonds européens, le complexe va, petit à petit, triompher des nombreuses difficultés. L’infrastructure n’a cessé d’être améliorée (musée, diverses expositions, menuiserie, triage, mise à terril avec la machinerie d’époque ) de telle sorte qu’aujourd’hui, Blegny-Mine peut revendiquer son inscription comme candidate au patrimoine mondial de l’Unesco.

C’est au 16e siècle que l’exploitation de la houille a commencé à Blegny, sous l’impulsion des moines de l’abbaye du Val Dieu qui étaient propriétaires des terrains du charbonnage.

En 1779, la concession de Trembleur, est accordée à Gaspard Corbesier. Ses descendants achètent également la concession d’Argenteau, qui, en 1883, est réunie à celle de Trembleur. En 1887, la société est mise en liquidation et pendant 30 ans, on ne parle plus d’activités charbonnières à Argenteau-Trembleur. En 1919, une nouvelle société voit le jour sous le nom de SA des charbonnages d’Argenteau. La production connaît une grande croissance, stoppée par la Grande Guerre.

De 1942 à 1948, la production, qui a repris, continue de croître et, en 1970, le charbonnage d’Argenteau-Trembleur produit 232000 tonnes de charbon avec un personnel de 680 personnes. Puis vient la crise des charbonnages wallons, lesquels ferment les uns après les autres jusqu’à celui d’Argenteau-Trembleur en 1980.

Les actions du gouverneur Gilbert Mottard, suivies de celles du gouverneur Paul Bolland, ont parfaitement réussi à prolonger la vie de l’ancien charbonnage. La direction de Jean Defer, ancien directeur du charbonnage reconverti dans le complexe touristique, et celle de Pierre Crul, actuel directeur, ont fait de Blegny-Mine un remarquable site touristique dont une des principales attractions est la visite du fond de la mine, guidée par des anciens mineurs sur ce qui a été leur lieu de travail.

En outre, les projets ne manquent pas pour Blegny-Mine et on n’a donc pas fini d’en parler.